Trump : la bête noire du New York Times ?

Trump : la bête noire du New York Times ?
AFP

La chasse est ouverte aux États-Unis, depuis exactement deux ans, il y a un galeux d’où provient tout le mal, c’est Donald Trump.

La quasi-totalité des médias, toute une partie des démocrates, les bobos US et européens sont vent debout contre lui. Peu importe qu’il y ait des résultats, je le signale en passant, il y a quand même eu des résultats : le taux de chômage est descendu à moins de 4%, diminuant de 2% au cours de la seule dernière année. Ce chiffre, qui a diminué dans toutes les couches de la société, est le plus bas depuis 17 ans.

Aujourd’hui, les Afroaméricains connaissent le plus bas taux de chômage de toute l’histoire des États-Unis, de même pour les Latinos et les Asiatiques.

Ensuite, la baisse des impôts pour les sociétés, de 35 à 21%, est également à souligner. Ce qui a entraîné des bonus énormes pour les entreprises, avec des ruissellements pour un certain nombre de salariés.

Deux évènements qui ont eu lieu ces jours-ci sont très intéressants. Tout d’abord, la parution du livre de Bob Woodward, intitulé “Fear”, qui est un pamphlet anti-Trump. Rappelons que Bob Woodward, avec Carl Bernstein, avait révélé le fameux Watergate, qui a conduit à l’impeachment, soit l’abdication du président Nixon. Aux mêmes causes, les mêmes effets, tout le camp anti-Trump espère donc avec ferveur que Trump va démissionner, ou bien va être empêché d’exercer par le Sénat et la chambre des représentants. En attendant, les deux principaux témoins cités par Bob Woodward sont anonymes.

Le deuxième événement pose un problème de déontologie journalistique à tous les médias. Le New York Times, journal en principe sérieux, publie une tribune anti-Trump, laquelle proviendrait de quelqu’un en poste à la Maison-Blanche, proche du président des États-Unis. Ce qui est extraordinaire, c’est que cette personne est rendue anonyme, pour éviter qu’elle ne se fasse renvoyer. Une journaliste du New York Times a elle-même souligné l’ironie de la situation, expliquant qu’elle devait donc enquêter pour trouver quelqu’un qui a publié de manière anonyme dans son propre journal.

Une personne qui n’en pourrait plus de Donald Trump devrait donner son nom et démissionner avec fracas, en tout cas en révélant son identité, ce qui aurait des effets beaucoup plus dévastateurs pour celui-ci. Mais dans cette histoire, personne ne veut prendre de responsabilités. Je trouve cela lamentable. Si vous avez quelque chose à dire, dites-le en votre nom.

André Bercoff

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

lahaie
- Jeudi 6 septembre 2018 à 17:07
ca faitb2 ans qu'ils sont pretsa tout pour abattre le president anti systeme. ce que nous vivons c'est la fin des Etats Unis comme nous les connaissons depuis 1945. la fin du monopole de l'establishment wasp dont a bien des aspects Obama faisait partie malgre sa couleur. il etait bien plus blanc que Trump.mais sauf attentat sur sa personne Trump sera reelu. parce que NYC et Los angeles ne sont pas représentatifs de la middle class US . Trump est.le.premier d'une nouvelle génération de dirigeants mondiaux dont beaucoup d'Européens s'inspirent comme en Itale en Autriche et meme et meme en Allemagne bientôt.
Michel Ange
- Vendredi 7 septembre 2018 à 15:38
Tout le monde eût préféré madame Clinton, qui soit dit en passant, à détourner la "modique" somme de 300.000 dollar pour le mariage de sa fille, d'une association caritative. A ce jour aucune poursuite judiciaire.
Clinton est détesté, car c'est un président atypique qui a renversé la table, très loin de la bien pensance, cela gêne les ayatollahs.
Le bilan économique des U.S.A. est plutôt satisfaisant, baisse du chômage et des impôts, croissance à 4.20 %. Ces chiffres feraient rêver le Roi de l'Elysée et consorts.
Guy Hervier
- Vendredi 14 septembre 2018 à 08:53
"La parution du livre de Bob Woodward, intitulé “Fear”, qui est un pamphlet anti-Trump" : André Bercoff, avez-vous lu le livre de Bob Woodward ?
J'en suis à la page 123, ce n'est pas un pamphlet.
"Les démocrates, les bobos US et européens" : je suppose que j'en fais partie

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio