Philippe Etchebest : "la situation des restaurateurs est catastrophique"

"C’est la première fois que je regarde 'Top Chef'. Je ne l’ai jamais regardé car je travaille sur ces horaires-là. Là, forcément, par la force des choses, je regarde 'Top Chef'. En ce moment je fais des choses que je ne fais pas habituellement", a confié le restaurateur Philippe Etchebest.

Le chef cuisinier Philippe Etchebest participe à "Top chef", sur M6. © AFP

Le chef cuisinier Philippe Etchebest, qui participe à "Top chef", a été l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 8 avril 2020 dans "Le 10h - midi".

 

"L’après-confinement va être extrêmement compliqué aussi"

"Aujourd’hui, la situation des restaurateurs est catastrophique, compte tenu des mouvements sociaux qu’il y a eu pendant une année. On a subi, c’était très difficile. Certains étaient au bord du gouffre, et vont maintenant y plonger. C’est logique : quand il n’y a plus d’entreprise, il n’y a plus de salariés. Il faut que l’entreprise puisse survivre. On essaie de se battre pour les assurances, mais ça va être extrêmement compliqué.

Mais je peux vous dire que l’après-confinement va être extrêmement compliqué aussi. Il va falloir se battre, il faudra travailler beaucoup. Le problème financier va être colossal. Je ne sais pas comment on va pouvoir nous relever de ça. Il faudra un effort collectif", a déclaré Philippe Etchebest.

"Il n’est pas normal que nos collaborateurs ne touchent que 84% de leurs salaires"

"J’avais surtout mis l’accent sur nos salariés, parce qu’il y aura énormément de licenciements. Aujourd’hui, beaucoup de restaurateurs n’ont pas suffisamment de trésorerie pour payer les salariés. Ces collaborateurs nous sont proches, on a besoin d’eux, ça va être dramatique pour eux aussi. On s’est aussi battus pour que nos salariés, qui font 39 heures par semaine, aient l’intégralité de leurs salaires. Et pourtant, ils ne vont avoir que 84%, ce n’est pas normal", a estimé Philippe Etchebest.

"Les gens ne vont pas sortir dans la rue et se ruer vers les restaurants"

Interrogé sur l’hypothèse selon laquelle à la sortie du confinement les gens se rueraient en masse vers les restaurants pour se retrouver, Philippe Etchebest a répondu : "j’ai un ami qui est parti ouvrir des brasseries à Shanghai. Aujourd’hui, la plus grosse de ses brasseries tourne à 50%, et l’autre tourne à 10%. C’est un traumatisme qui va être présent. Les gens ont peut-être peur de sortir. Et je pense que nous, les restaurateurs, on sera les derniers endroits à être ouverts. La mentalité chinoise n’est pas la même que la mentalité française bien sûr, mais je ne m’attends pas à une reprise euphorique. Les gens ne vont pas sortir dans la rue et se ruer vers les restaurants".

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !