single.php

Retraites : "Ça serait très difficile de continuer si cette réforme échouait" assure Marc Ferracci

Marc Ferracci, député Renaissance des Français de l'étranger et vice-président du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Marc Ferracci retraites
Marc Ferracci, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 7 février, dans “L’invité politique”.

Réforme des retraites, mobilisation, chahut à l'Assemblée, aménagements : Marc Ferracci a répondu aux questions de Patrick Roger.

Retraites : "Si on n'arrive pas à dégager une majorité, il faut se poser la question d'en chercher une autre"

Nouvelle journée de manifestation et de grève mardi 7 février. Marc Ferracci s'attend à des mobilisations fortes mardi 7 février. "La détermination va rester, car nous sommes convaincus du problème structurel dans notre système de retraites par répartition. Un système sur lequel repose notre système social dans son ensemble, qui organise la solidarité entre les générations et qui doit être équilibré par principe". "Ça ne veut pas dire qu'on ne regarde pas les mobilisations. Ça signifie que beaucoup de Français sont inquiets des conséquences de cette réforme. Le rôle du débat parlementaire est d'essayer d'en convaincre certains. Mais il n'y a pas une seule réforme des retraites qui a été populaire dans l'histoire".

Sur la possibilité d'utiliser le 49-3 pour faire passer le texte, "tout a été fait ces dernières semaines pour éviter le 49-3", affirme Marc Ferracci. Il est "convaincu qu'on peut l'éviter". "Adopter un texte pareil, aussi structurant dans le programme du président de la République, aussi important économiquement et politiquement pour le pays, doit se faire avec un consensus". Y a-t-il un risque de dissolution si le texte ne passe pas ? D'après Marc Ferracci, qui ne parle que pour lui, "si on n'arrive pas à dégager une majorité sur un texte aussi important, il faut se poser la question d'en chercher une autre. On n'a pas été élus pour inaugurer les chrysanthèmes mais pour transformer le pays. Il faut continuer à faire des réformes. Ça veut dire avoir de la dynamique politique. Ça serait très difficile de continuer si cette réforme échouait".

"On est là pour débattre et amender un texte, il y aura des changements"

Les discussions autour de la réforme des retraites ont démarré à l'Assemblée lundi 6 février, dans un climat d'agitation. "On n'est pas dans un amphi, une manif, mais à l'Assemblée !" a tapé du poing sur la table Yaël Braun-Pivet, la présidente de l’Assemblée nationale. "Avec l'agitation d'hier en début de séance, après ça s'est un peu calmé, il serait très difficile d'examiner le texte de manière sereine et apaisée", reconnaît Marc Ferracci. "Or on en a besoin, car c'est en discutant dans le fond des choses qu'on peut révéler des contre-vérités dans le discours de l'opposition. Des choses qui factuellement ne sont pas vraies, comme le financement du système des retraites. Et on peut aussi expliquer ce qu'il y a dans cette réforme".

Concernant les éventuelles avancées, "on est là pour débattre et pour amender un texte, il y aura des changements", assure Marc Ferracci. "Certains changements sont portés par la majorité présidentielle, comme sur l'emploi des seniors". "Les contraintes de ces changements, c'est d'avoir à la fin un texte qui sauvegarde notre système par répartition permettant le retour à l'équilibre budgétaire à horizon 2030. Par ailleurs, il ne faut prendre aucune mesure qui nuise à l'emploi. Comme des hausses de cotisations sur les entreprises, qui détruirait les emplois". "Il y a déjà eu beaucoup de changements depuis le projet initial", rappelle le député. "La réforme a déjà fait l'objet de changements, d'avancées et d'améliorations dans le texte".

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
13H
12H
11H
10H
09H
08H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/