Réforme des retraites : le RN est "prêt à voter une motion de censure avec la NUPES" (J-P Tanguy)

Jean-Philippe Tanguy, député RN de la Somme, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

retraites Jean-Philippe Tanguy
Jean-Philippe Tanguy, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 3 octobre, dans "le petit déjeuner politique".

Rentrée parlementaire, réforme des retraites, assurance chômage, alliance du RN sur une motion de censure : Jean-Philippe Tanguy a répondu aux questions de Patrick Roger.

Réforme des retraites : le RN est "prêt à voter la motion de censure avec la NUPES"

Jean-Philippe Tanguy s'était fait connaître en juillet dernier par son "silence pour la France" à l'Assemblée nationale. "Ce matin-là, j'étais excédé par le comportement de la gauche qui avait pourri comme toujours les débats, explique le député. Au lieu d'avoir des discussions constructives avec des oppositions, ils font traîner les textes. C'est nuire à la bonne pratique de l'Assemblée. On ne peut pas avoir des débats intéressants entre 4h et 5h du matin. La NUPES empêche les gens de parler avec des invectives, des insultes. Des textes très importants arrivent devant le Parlement : la réforme de l'assurance chômage puis, très vite la retraite et le gros morceau qu'est le budget. Avec notamment la disparition de mécanismes pour protéger le pouvoir d'achat des Français".

Au RN, "si nous sommes totalement opposés aux grands choix d'Emmanuel Macron, on fait toujours des propositions financées, sérieuses. Ce n'est pas de la comédie, du cinéma, c'est vrai. Après c'est le gouvernement qui choisit d'écouter ou pas. C'est facile d'être opposé à tout et d'hurler au Parlement mais compliqué de rester ferme tout en faisant des propositions alternatives et en ne pourrissant pas le débat". Sur la réforme des retraites, "nous sommes prêts à voter la motion de censure avec la NUPES", affirme Jean-Philippe Tanguy. "La grande force du groupe de Marine Le Pen, c'est sa liberté. On n'est pas dans la posture politicienne, on n'est pas traumatisés par le fait de voter avec la gauche. Je m'opposerai à la réforme d'Emmanuel Macron, quitte à voter la motion de censure".

 

Assurance chômage : "Ce sont les cadres qui abusent du système !"

Le gouvernement veut moduler les indemnités de l'assurance chômage en fonction de la conjoncture, pour forcer les Français à chercher un travail. "C'est un peu de l'enfumage, estime Jean-Philippe Tanguy. Le gouvernement essaie d'utiliser l'exaspération de ceux qui travaillent, d'un grand nombre de Français, devant un phénomène d'assistanat avec des gens qui abusent du système. Mais cette réforme ne cible pas les bonnes personnes, ce sont les cadres qui abusent du système ! Des gens qui étaient dans de grandes écoles de commerces, diplômée, qui ont de grandes facilités à se faire embaucher. Quand ils en ont marre d'un boulot, ils trouvent un autre boulot dans 6-9 mois, ils négocient le fait de prendre des vacances et se font payer leurs vacances", dénonce le député.

Pour Jean-Philippe Tanguy, "c'est même Monsieur Macron qui a aggravé le système. Il a dit en 2017 aux démissionnaires qu'ils auraient le droit à l'assurance chômage, dénonce-t-il. Mais les ouvriers qui perdent leur emploi, tout comme les agriculteurs, les aides pour les familles ne démissionnent pas ! Car ils ne savent pas s'ils vont retrouver du boulot. Ceux qui ont le luxe en France de se dire qu'ils peuvent démissionner, ce n'est pas la majorité des Français, ce serait bien d'avoir une estimation de ce chiffre. Monsieur Macron avait fait cette promesse à cette classe, c'est bien qu'il y avait de la demande".

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !