Plan vélo : "800.000 vélos sont assemblés en France, on veut en faire 1 million" - Roland Lescure

Roland Lescure, ministre délégué à l'Industrie, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Roland Lescure
Roland Lescure, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 20 septembre dans "le petit déjeuner politique".

Plan vélo, industrie et réindustrialisation à l'heure de la crise énergétique, pouvoir d'achat : Roland Lescure a répondu aux questions de Patrick Roger.

Plan vélo : "On assemble 800.000 vélos en France, on veut en faire 1 million !"

Roland Lescure sera aux côtés d'Élisabeth Borne mardi 20 septembre pour fêter les 4 ans du plan vélo, avec de nouvelles annonces. Aujourd'hui, un quart des vélos sont produits en France. "C'est quand même 800.000 par an ! précise le ministre délégué à l'Industrie. On n'a jamais acheté autant de vélos en France qu'en ce moment, il faudra en fabriquer davantage reconnaît-il. Un député a fait un rapport sur l'usage du vélo, dont on s'inspire pour le plan vélo. On va mettre le paquet sur l'industrie du vélo, l'assemblage du vélo en France assure-t-il. On en assemble 800.000, on veut en faire un million".

Le ministre délégué précise : "On va développer cette filière, qui est une filière d'avenir, qui est dans les territoires. Il y a des vélos qu'on fabrique dans la Nièvre, d'autres qu'on assemble dans l'Isère". Pour Roland Lescure, "la transition écologique est la nouvelle révolution industrielle. Il ne faut pas le voir comme des contraintes. La réalité c'est que ça nous permettra de developper des filières industrielles : le vélo, le nucléaire et d'autres. Plus on fera de vélos en France, notamment électriques, plus on pourra régler les petits déplacements".

 

Hausse de l'énergie : "Un fonds de soutien mais pas de bouclier tarifaire" pour les grandes entreprises

Face à l'inquiétude devant l'explosion des factures d'énergie, le ministre délégué à l'Industrie souhaite souligner qu'il y a "toute une partie de l'industrie française qui va bien, qui croît, qui peut passer les augmentations de coût de l'énergie et qui a même des difficultés de recrutement. Il y a un peu une industrie à deux vitesses". "Mon métier c'est de rassurer les gens !" explique-t-il. "Certaines entreprises sont couvertes, avec des contrats à long terme négociés avec leurs distributeurs d'énergie, sont moins affectées. D'autres peuvent passer les hausses de coûts en hausses de prix. Pour les entreprises qui ont des difficultés, on les accompagne avec le fonds Ukraine, qui leur permet de limiter la casse. On est en train d'en alléger les critères et de le prolonger pour 2023". "Il n'y aura pas de bouclier tarifaire pour les grandes entreprises".

Y a-t-il un risque décrochage pour certaines entreprises ? "Certaines entreprises doivent faire du chômage partiel et fermer une partie de leur activité pendant quelques semaines". Mais "à ce stade, c'est limité assure Roland Lescure. On suit de très près les entreprises qui nous alertent sur la hausse des coûts de l'énergie. On parle aujourd'hui de quelques dizaines d'entreprises, un peu plus de 300. Beaucoup d'industries vont bien insiste-t-il. L'emploi progresse fortement en France, le chômage est au plus bas. "Le premier combat est européen, les marchés du gaz et de l'électricité n'ont plus aucun sens, il faut calmer le jeu. Puis il faut accompagner les entreprises qui en ont le plus besoin".

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !