single.php

"Personne ne peut nous accuser de rapprochement avec le RN", affirme Marie Lebec

Par Adélaïde Motte

"Personne ne peut nous accuser de rapprochement avec le RN", selon Marie Lebec, ministre déléguée chargée des Relations avec le Parlement. Elle était “L’invité politique” sur Sud Radio. 

RN
Marie Lebec interviewée par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 20 février 2024, dans “L’invité politique”.

Place du RN à l'Assemblée nationale, dette publique, inscription de l'IVG dans la Constitution, droit de grève, lutte contre les prêches radicaux, élections européennes : Marie Lebec a répondu aux questions de Patrick Roger.

 

"Nous nous battons contre les idées du RN"

Peu après l'hommage rendu à Robert Badinter, à quelques jours de celui rendu à Manoukian, la question de la présence du RN à ces hommages se posent. Pourquoi le président de la République invite-t-il les députés de ce parti ? Marie Lebec explique que "le président de la République a le même comportement à l'égard des extrêmes. Ils ont été élus par nos compatriotes, ils ont des responsabilités à l'Assemblée nationale qui leur reviennent de droit, nous respectons leur place dans les institutions, c'est à ce titre qu'ils sont invités aux hommages." "La décence voudrait que le RN se pose la question de sa présence ou non, la question ne pose à eux." Ils ne sont ainsi pas venus à l'hommage à Robert Badinter, absence que la famille avait souhaité, tout comme elle avait souhaité celle de la France insoumise qui, elle, était présente.

"En revanche nous nous battons contre les idées du RN, depuis que nous sommes élus nous avons tout fait pour combattre le RN, nous ne croyons pas aux méthodes simples et simplistes qui sont portées par le Rassemblement National." Quant à porter des lois qui rejoignent les idées de ce parti, "je ne crois pas que nous ayions à aucun moment travaillé avec le RN, ce n'est pas nous qui portons la contradiction. Si le RN vote le texte avec nous nous en prenons acte, ils sont députés, ils sont libres de voter les textes." "Nous avons le droit, en tant que parti majoritaire, de nous imposer sur ce que nous voulons porter. Il ne faut pas repousser dans le champ de la morale ce qui relève des idées, je ne crois pas que nous partagions la vision du RN."

 

"Le sujet de la dette est essentiel"

Quels sont les principaux chantiers de l'Assemblée nationale ? On peut prévoir des sujets au long cours, notamment portés par Élisabeth Borne. "S'ajouteront à ces textes stratégiques et fondamentaux un certain nombre de textes" basés sur les "priorités définies par le Premier ministre." On y trouve la "question du logement, de la simplification, de la fin de vie. Tous ces sujets seront débattus d'ici à la suspension cet été." Qu'en est-il de l'inscription de l'IVG dans la Constitution ? Quand le texte sera-t-il présenté au Congrès ? "Avant de parler du Congrès nous en sommes au débat qui doit avoir lieu au Sénat. Tout ça relève des discussions qui auront lieu dans l'hémicycle." Si le Sénat vote le texte en l'état, "nous organiserons un congrès dans les meilleurs délais. Si le Sénat souhaite apporter des ajouts dans ce texte nous respecterons ces ajouts." Marie Lebec précise cependant que l'inscription de l'IVG dans la Constitution n'est pas "un caprice", mais qu'il s'agit de "faire une place aux femmes" dans ce texte. "C'est important de veiller à protéger le droit des femmes, le droit à la reproduction."

Le sujet des finances publiques est un autre dossier important dont devra s'occuper le Parlement, bien qu'actuellement, le sujet soit traité directement par Bruno Le Maire, ministre de l'Economie afin de "pouvoir agir vite", en faisant l'impasse sur des débats "qui ne nous permettraient pas d'agir aussi rapidement." "Nous montrons que nous sommes dans cette logique d'avoir une gestion responsable de nos finances publiques." Il est possible qu'il y ait par la suite un débat sur "un budget rectificatif." "Le sujet de la dette est essentiel", explique Marie Lebec, qui ajoute que l'on doit "être en capacité de garder des marges de manœuvre."

 

"On peut s'interroger sur le recours au droit de grève quand on a une mission de service public"

Une grève des contrôleurs SNCF a fortement perturbé un week-end de vacances. "C'est souvent pour les familles l'occasion de se retrouver, pour les enfants c'est l'occasion d'aller chez l'un des deux parents, c'est très difficile dans ces périodes-là." À l'approche des Jeux olympiques, la question du maintien du droit de grève peut se poser. "Le droit de grève est un droit qui est protégé constitutionnellement", rappelle Marie Lebec, qui nuance toutefois. "On peut s'interroger sur le recours au droit de grève quand on a une mission de service public. Je crois qu'il y a des moments où on peut estimer qu'il faut sanctuariser ces périodes, quand on a une mission de service public, il est important de respecter l'ensemble de nos compatriotes, est-ce que les modalités doivent forcément passer par la loi, toutes les options sont sur la table." "On peut s'interroger sur la pertinence d'une grève" pendant les Jeux olympiques, pratique pourtant promue par Mathilde Panot, présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale. "Pourquoi s'évertuer à dégrader sans cesse l'image de la France ?"

 

L’imam Mahjoub Mahjoubi est actuellement accusé de prêches anti-France. Quelle doit être sa sanction ? "J'ai toute confiance en Gérald Darmanin pour prendre les bonnes décisions, Gérald Darmanin, depuis qu'il est ministre de l'Intérieur, a pris des dispositions fortes, si tous les éléments concordent je crois que des décisions doivent être prises pour mener à son expulsion." Cette expulsion permettra aussi de "protéger nos compatriotes musulmans." Marie Lebec rappelle que "nous pouvons avancer main dans la main" avec le Conseil français du culte musulman pour "lutter contre ces prêches ultra-radicaux", car "l'imam de la mosquée de Paris s'est illustré pour condamner très fermement ces propos."

Concernant les élections européennes, "la tête de liste fait l'objet d'une discussion entre les trois partis, la question de l'équilibre c'est ce qui nous fait vivre. L'objectif du gouvernement c'est de mener le mandat à son terme, tout le monde a le même souhait"

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
17H
15H
14H
13H
11H
10H
09H
07H
04H
00H
Revenir
au direct

À Suivre
/