"La réforme des retraites ne passera pas en catimini !" assure Karl Olive

Y aura-t-il un passage en force de la réforme des retraites ? Karl Olive, député Renaissance des Yvelines, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Karl Olive retraites
Karl Olive, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 19 septembre, dans "le petit déjeuner politique".

Passage en force ou non de la réforme des retraites, interdiction du cumul de mandats, affaire Quatennens, envoi des migrants dans la campagne : Karl Olive a répondu aux questions de Patrick Roger.

"La réforme des retraites ne passera pas en catimini !"

Une mesure d'âge pourrait être ajoutée au projet de loi de finances de la sécurité sociale. Serait-ce un passage en force de la réforme des retraites ? "Tout le monde en parle depuis 20-30 ans, tous les présidents de la République ont évoqué cette réforme et personne ne l'a fait, dénonce Karl Olive. Le président Macron a décidé, enfin et tant mieux, de la mettre en place, au cours du quinquennat. Mais ce n'est pas en un claquement de doigt que cela va se régler. Un nouveau logiciel a été mis en place, c'est la concertation, se réjouit le député. Il y a un Conseil national de la rénovation, une nouvelle vie à l'Assemblée nationale et tant mieux. Il y aura le temps de la discussion, des échanges".

"La réforme ne passera pas en catimini !, assure Karl Olive. Il faut prendre le temps de l'explication. Mais aussi constater que l'entrée dans la vie active est plus tard, 25-26 ans. Et l'espérance de vie est allongée. Pour autant, levons la tête : dans les pays voisins, l'Allemagne, l'Espagne et le Royaume-Uni 65 ans, l'Italie 67 ans. On serait un petit village gaulois où on resterait à 62 ans ? Il faut penser à celles et ceux qui n'auront pas de retraite dans 20 ou 30 ans et qui auront à payer la note. C'est maintenant que ça se passe. L'été prochain, la loi sur la retraite et sa nouvelle formule sera en vigueurPasser en forçant serait le meilleur moyen d'avoir du monde dans la rue".

 

Cumul des mandats de député et de maire : "Une seule indemnité, celle de député-maire"

Karl Olive va déposer une proposition de loi pour revenir sur la loi du non cumul des mandants de 2014. "C'était une loi louable en 2014, reconnaît Karl Olive. Elle a permis l'émergence de nouvelles personnalités politiques qui viennent de la vie civile. Pour autant, il y avait 250 maires en 2012 et aujourd'hui, zéro maire. C'est une vaste hypocrisie ! On peut être député et conseiller départemental et régional de base, avec cumul d'indemnités. Et on ne pourrait pas être maire et député ? L'histoire a montré, et les Gilets Jaunes sont passés par là, l'éloignement entre l'élu et les citoyens".

"Quand on regarde les sondages, aujourd'hui, la défiance à l'endroit des députés est de 76%, souligne Karl Olive. De fait, il y a moins d'ancrage local que celles et ceux qui sont en prise directe avec la réalité du terrain, les fantassins de la République : les maires. Ils ont été les déclencheurs de la résolution de la crise des Gilets Jaunes en étant reçus par le président de la République. Le président est prêt à revenir sur cette loi. François Bayrou, Marine Le Pen, Horizons, Fabien Roussel souhaitent cette loi. Un large consensus peut se dégager". "C'est un cumul d'expérience", mais pour autant, le député "ne souhaite pas le cumul des indemnités. Une seule indemnité, celle de député-maire. Avec une première proposition d'un seuil de moins de 20.000 habitants".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !