Coupures d'électricité : Valérie Rabault ne fait "pas confiance au gouvernement pour anticiper"

Valérie Rabault, députée PS du Tarn-et-Garonne et vice-présidente de l'Assemblée nationale, était “L’invitée politique” sur Sud Radio.

Valérie Rabault électricité
Valérie Rabault, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 30 novembre, dans “L’invité politique”.

Menaces de coupures d'électricité, transparence en politique, réforme des retraites, avenir du PS : Valérie Rabault a répondu aux questions de Patrick Roger.

Prix de l'électricité : "La gestion de l'énergie devrait être le seul sujet"

L'hiver s'annonce tendu sur le plan de l'énergie et de l'électricité. Olivier Veran a confirmé qu'il pourrait y avoir des coupures ponctuelles de courant. Valérie Rabault confie ne "pas trop faire confiance au gouvernement pour anticiper". Pour elle, "la gestion de l'énergie devrait être le seul sujet plutôt que d'ouvrir un débat sur les retraites. L'urgence d'aujourd'hui c'est l'énergie". Concernant le bouclier tarifaire, la députée estime que le prix est exorbitant.

"L'urgence est de passer son temps à Bruxelles pour découpler le prix du gaz et de l'électricité" affirme Valérie Rabault. "On ne peut pas continuer à avoir un prix de l'électricité indexé sur celui du gaz. C'est ce qu'ont fait l'Espagne et le Portugal en mai dernier". "Sortir des aides, c'est de l'argent public pour compenser un prix de l'électricité délirant. Alors qu'on pourrait faire en sorte que ce prix ne soit pas délirant. Le ministre de l'Énergie devrait passer son temps à Bruxelles à négocier sur ce sujet-là" insiste la députée. "L'énergie c'est la base de tout, il faut la sanctuariser".

 

Retraite à 65 ans : "Le gouvernement cherche des recettes, il a d'autres moyens de le faire"

La retraite à 65 ans se précise du côté du gouvernement. La réforme devait être discutée en début d'année prochaine, c'est avancé mi-décembre. "Non aux 65 ans !" confirme Valérie Rabault. Pour la députée, "cette réforme n'est pas utile". "Elle pénalise celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt et qui sont souvent ceux qui gagnent le moins, qui ont souvent l'espérance de vie la moins élevée. C'est un peu la double peine".

"Le gouvernement cherche des recettes, il a d'autres moyens de le faire que sur le dos des retraites. Il peut par exemple remettre l'ISF souligne Valérie Rabault. La taxe sur les superprofits qui existe dans la plupart des pays européens peut parfaitement être mise en France. Ça rapporterait 6 à 7 milliards d'euros". "Reporter l'âge à 65 c'est non, car c'est très injuste. Sous Hollande, il y a eu un report de durée de cotisation, ce qui n'est pas tout à fait pareil".

Valérie Rabault : "Notre système est à bout de souffle !"

Valérie Rabault revient sur l'ambiance à l'Assemblée nationale, dont elle est vice-présidente. "Aujourd'hui la configuration est inédite depuis 1958 car il n'y a pas de majorité absolue. Lors des cohabitations, il y avait une majorité absolue. L'Assemblée nationale reflète la société française dans sa diversité, qui est plus éclatée qu'auparavant. Qu'elle reflète la société française est une bonne chose, mais les règles qui régissent le fonctionnement de l'Assemblée nationale ne fonctionnent pas s'il n'y a pas de majorité absolue. On s'en rend compte tous les jours".

Pour la députée, "il faudra une évolution, y compris dans la prise de décisions". L'utilisation du 49-3 à chaque texte budgétaire pose selon elle "une vraie question démocratique". Concernant le vote du budget, "sur 26 articles de lois sur les recettes, on en n'a vu que 5 ! dénonce-t-elle. Et sur les crédits, on n'en a vu que 5 sur 46 ! L'Assemblée nationale,  qui est le reflet démocratique de la situation du pays, ne prend plus aucune décision budgétaire, c'est très grave ! Notre système est à bout de souffle".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !