single.php

Congé de naissance : "la rémunération sera bien supérieure à 429 euros" annonce Aurore Bergé

Par Aurélie Giraud

Aurore Bergé, ministre déléguée chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, était “L’invitée politique” sur Sud Radio.

Aurore Bergé
Aurore Bergé, interviewée par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le [17 janvier, dans “L’invité politique”.

Congé de naissance, changements à l'école, polémique autour de Stanislas, égalité salariale : au lendemain de la conférence de presse d'Emmanuel Macron, Aurore Bergé a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

Congé de naissance : "la rémunération sera bien supérieure aux 429 euros du congé parental"

Aurore Bergé était présente à la conférence de presse donnée par Emmanuel Macron mardi 16 janvier. Parmi les engagements pris par le président de la République et alors que la natalité est en baisse, l'instauration d'un congé de naissance. "Le congé de naissance remplacera le congé parental, qui aujourd’hui ne marche pas" confirme la ministre déléguée. "Fière de cette mesure" qu'elle a "portée", elle se réjouit d'un "projet formidable pour l'égalité". "L'idée est de laisser plus de liberté, plus de choix aux parents. Personne ne sera obligé de s'arrêter s'il ne le souhaite pas". "Un couple pourra s'arrêter 6 mois, ensemble ou pas".

"Aujourd'hui la rémunération du congé parental est de 429 euros au plus" rappelle Aurore Bergé. "Mais surtout ça ne marche pas ! La réforme sous François Hollande obligeait le partage du congé parental. Résultat, le taux de recours au congé parental a été divisé par 10 depuis cette réforme. Quand on oblige, ça ne marche pas. Et surtout l'effet pervers est d'éloigner durablement les femmes du marché du travail". Quel sera le montant du congé de naissance ? "On est en train de le déterminer. L'objectif est que ce soit proportionné au salaire. Ça ne sera pas 100% du salaire, mais on ira bien au delà des 429 euros maximum accordés aux parents chaque mois" assure la ministre déléguée.

École : "On va surtout recréer des rituels"

"Nos enfants vivront mieux demain" a promis le président de la République. Concernant l'école, Emmanuel Macron a annoncé une cérémonie de remise des diplômes dans chaque collège et lycée, la généralisation de la tenue unique à l'école à partir de 2026. Mais aussi de cours de théâtre obligatoires au collège à la rentrée. Un enseignement renforcé de l'éducation civique dès la cinquième et l'apprentissage de la Marseillaise en primaire. "On va surtout recréer des rites et rituels pour garantir que tous nos enfants passent par l'école de la République" explique Aurore Bergé. "L'école est le coeur de la bataille pour sortir des discriminations".

Sur l'école privée, Aurore Bergé rappelle que "c'est le libre choix des parents d'inscrire ses enfants dans le public ou le privé". "Mais à partir du moment où les Français financent les écoles privées sous contrat, des règles doivent être respectées". Le rapport de l'inspection générale de l'Éducation nationale sur le groupe scolaire Stanislas a été révélé par Mediapart. Faut-il mettre fin au conventionnement de cet établissement ? "Une inspection a été menée par plus hautes autorités de l'Éducation nationale. Le rapport fait des préconisations claires, ils doivent s'y conformer. Ça sera vérifié" affirme la ministre déléguée.

Égalité salariale : "Je veux réunir les entreprises et les partenaires sociaux"

Quelles mesures pour lutter mieux contre l'inégalité salariale entre les hommes et les femmes ? "Il y a un gros sujet qui est d'abord l'enjeu de l'inégalité professionnelle. Tout n'est pas gagné sur la question des violences, ça restera toujours une priorité" affirme Aurore Bergé. "Mais il y a aussi l'enjeu du quotidien, qui est que le slogan 'à travail égal, salaire égal', est resté un slogan pour beaucoup d'entre elles" déplore la ministre déléguée. "Je veux qu'on réunisse l'ensemble des entreprises pour avancer sur ce sujet-là" annonce-t-elle. ,

"La vraie rupture qui se passe dans les carrières, c'est l'arrivée d'un enfant. L'arrivée d'un enfant pénalise beaucoup plus les femmes et les mères qu'elle ne pénalise les pères". Aurore Bergé dénonce "un double effet pervers". "On a des femmes qui renoncent à leur désir d'enfant, ou qui retardent leur désir d'enfant". "C'est tout le travail que je veux conduire avec les entreprises, avec les partenaires sociaux. Il ne faut peut-être pas commencer tout de suite par des mesures coercitives, ce n'est pas en tout cas mon état d'esprit. Mais je veux tout de suite qu'au cœur de l'agenda social, il y ait la question de l'égalité entre les femmes et les hommes, de l'égalité salariale".

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Ecoutez l'opinion de Aurore Bergé sur la conférence de presse du président Macron.

L'info en continu
02H
01H
23H
22H
21H
20H
19H
17H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/