Budget 2023 : "Les seuls qui sont protégés sont les profiteurs de crise" estime Clémence Guetté

Clémence Guetté, députée du Val de Marne et vice-présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale, était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Budget 2023 Clémence Guetté
Clémence Guetté (LFI), interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 27 septembre, dans "le petit déjeuner politique".

Budget 2023, vie chère, énergie, réforme des retraites, Julien Bayou qui dénonce une instrumentalisation politique : Clémence Guetté a répondu aux questions de Patrick Roger.

Budget 2023 : "Les seuls qui sont protégés sont les profiteurs de crise" estime Clémence Guetté

Élisabeth Borne a présenté les grandes lignes du budget pour 2023. Bruno Le Maire affirme que personne n'est oublié, notamment grâce aux aides ciblées. "C'est un budget vendu comme un budget de protection des Français et des Françaises confirme Clémence Guetté. Mais avec une crise inflationniste qui se poursuit, les gens sont déjà étranglés et ça ne va pas s'arranger. En janvier ce sera encore pire quand certaines mesures arriveront à échéance". Pour la députée, "les seuls qui sont protégés sont les profiteurs de crise. Le budget est l'occasion de discuter de comment on récupère de l'argent et comment on introduit un peu de justice sociale" estime-t-elle.

Le gouvernement a expliqué qu'on ne pourrait pas introduire de dépenses supplémentaires non financées à l'euro près. Or d'après Clémence Guetté, "on a de quoi trouver des milliards. Ce sont les grands groupes qui s'en sont mis plein les poches depuis quelques années et qui font des milliards de dividendes". "On propose une taxe sur les super-profits, comme dans plusieurs pays européens. Le secrétaire général des Nations unies l'a préconisé. C'est une injustice fondamentale, les Français se serrent la ceinture, n'en peuvent plus. Et pendant ce temps les grands groupes se font un pognon de dingue ! Ce sont ces milliards qu'il faut aller chercher pour ensuite investir".

 

"Adrien Quatennens peut rester député"

Julien Bayou s'est mis en retrait après avoir été publiquement dénoncé par Sandrine Rousseau d'être coupable de violence morale. Il dénonce une instrumentalisation politique. "Une procédure est en cours, interne à EELV"souligne Clémence Guetté, qui explique ne pas avoir d'informations sur le sujet. Elle précise toutefois que "les violences sexistes et sexuelles sont inacceptables dans tous les cas. En tant qu'organisations de gauche, EELV comme LFI, on n'accepte pas ces violences et on doit dire à ces victimes qu'elles seront entendues au sein de nos organisations et qu'ensuite une réponse politique sera apportée".

"Nous avons des responsabilités politiques et nous montrons que nous sommes responsables sur ces questions et qu'en cas de souci on agit". Concernant Adrien Quatennens, Clémence Guetté estime qu'il peut rester député. "On a eu des premières discussions au groupe parlementaire. Sa mise en retrait en tant que coordinateur du premier mouvement politique d'opposition de ce pays n'est pas anodin. C'était nécessaire parce que les violences sont inacceptables et les victimes doivent être entendues. La réponse qu'on y a apporté n'a pas été anecdotique et a été rapide" tient-elle à souligner.

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !