single.php

Agressé par des militants d'ultra-gauche, le maire de Limoges témoigne

Par Jean-Baptiste Giraud

Emile-Roger Lombertie, maire de Limoges, a été violemment pris à partie lors d’une manifestation d'ultra-gauche dans les rues de sa ville.

limoges
Des manifestants tiennent une banderole "Le vrai barrage c'est la rue" au soir des résultats du second tour des élections législatives, le 7 juillet 2024 à Nantes (Loic VENANCE - AFP)

Paris, Lyon, Limoges... Il y a eu des désordres et agressions dans différentes villes de France au soir des élections.

Limoges : une manifestation d'ultra-gauche

Émile-Roger Lombertie, maire de Limoges, a notamment été violemment pris à partie lors d’une manifestation d'ultra-gauche dans les rues de sa ville. "Les membres du NFP qui fêtaient les élections dans une salle de la municipalité n’étaient pas dans cette manifestation. Il s’agissait d’une manifestation d’ultra-gauche. Des gens pour la plupart hors de Limoges."

"Ils se sont installés sur le parvis de la mairie, dans le square, et ont allumé un barbecue. Je suis allé leur demander de l’éteindre, ils n’ont pas voulu. Une poche en plastique traînait, je l’ai remplie à la fontaine et je l’ai éteint. Je me suis fait bousculer, insulter. J’ai réussi à éviter les coups de poings et les coups de pieds."


Le délitement de l'autorité

"Je me suis reculé et j’ai demandé à la police municipale de reculer. La population n’a pas arrêté de râler l’été dernier contre les barbecues sauvages. Après tout, la préfecture était en accord tacite pour que ce barbecue sauvage soit fait. Alors je ne peux l’interdire à qui que ce soit. Ce groupe d’ultra-gauche n’était pas venu manifester pour les élections, mais contre le RN. Je mets en cause le laisser-aller de l’État qui nous met dans une situation épouvantable."

Ces agresseurs ont-ils été identifiés ? "Non, et si je porte plainte, ce ne sera pas suivi, cela ne sert à rien, estime Émile-Roger Lombertie, maire de Limoges. Ce qui m’inquiète, c’est le délitement de l’autorité de l’État. Il transfère progressivement les problèmes sur tous les élus, avec des gens que jamais l’autorité ne rappelle à l’ordre. Non seulement il y a une banalisation de la violence, mais j’ai appris qu’il y avait un appel à manifester sur les réseaux sociaux. Le Préfet ne l’interdit pas c’est son problème. Il n’a qu’à les inviter à la préfecture !"

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Benjamin Glaise

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
19H
18H
17H
16H
14H
13H
12H
11H
10H
Revenir
au direct

À Suivre
/