Claude Moniquet : "Il y a une responsabilité politique dans l'affaire Lafarge"

Claude Moniquet, ancien agent de la DGSE et spécialiste du renseignement
Photo d'illustrationClaude Moniquet, ancien agent de la DGSE et spécialiste du renseignement ©Capture d'écran Dailymotion

Claude Moniquet, ancien agent de la DGSE et spécialiste du renseignement, était l'invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

Le cimentier Lafarge a été mis en examen ce jeudi pour "complicité de crimes contre l'humanité".

"On reproche à Lafarge d'avoir, il y a quelques années, versé une douzaine de millions à des groupes terroristes armés en Syrie pour assurer le fonctionnement d'une cimenterie qui avait été ouverte, financement qui s'est fait sous la forme d'achat de pétrole, de matières premières à des marchands proches de Daesh et puis des péages et des taxes payées sur le personnel", a expliqué Claude Moniquet, ancien agent de la DGSE et spécialiste du renseignement, invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

Pour lui, l'action de Lafarge en Syrie était motivée à la fois par des intérêts économiques, celui d'assurer l'amortissement d'une cimenterie qui avait été ouverte peu de temps auparavant, mais aussi liée à des intérêts politiques : "Il y a eu des signaux envoyés à des entreprises de rester en Syrie pour permettre à la France d'être partie prenante de la reconstruction en Syrie une fois que la guerre était terminée (...) Le Quai d'Orsay a sûrement été informé en temps réel de ce qui se passait. La décision devait être politique, à travers Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, le Premier ministre et le président de la République. C'est aussi une responsabilité politique. En ça, à mon avis, l'affaire Lafarge est une affaire d'État."

"Lafarge a un discours qui est assez audible, a poursuivi Claude Moniquet. Ils disent qu'il y a eu des erreurs commises, mais ils veulent être traités équitablement. Ils n'ont pas envie d'être la seule entité française à payer l'addition et à endosser un costume qui est sûrement trop large pour eux."

Écoutez l'interview de Claude Moniquet, invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio, au micro de Véronique Jacquier

 

Les rubriques Sudradio