Télétravail : les restaurateurs au bord de la faillite

Au lendemain du Covid, les restaurateurs doivent désormais faire face à la fois à l'essor du télétravail et à l'inflation.

restaurateurs
Des restaurateurs entre télétravail et inflation (AFP)

Pour certains restaurateurs, après le Covid, c’est le télétravail et l’inflation qui les mettent au bord de la faillite.

Restaurateurs : "l'État fait rapidement peur"

"C’est très compliqué", confirme Sabine Vignères, restauratrice au Goût des ôtres à Colomiers (31). "On perd 50% de notre chiffre d’affaires, parce que je suis en zone industrielle. Les entreprises ont aussi des difficultés. Mais on nous a coupé l’herbe sous le pied. Nous sommes restés fermés neuf mois, et on nous a un peu oubliés. L’avenir est très noir pour moi."

"L’État fait rapidement peur : après l’essence, l’électricité. Pourtant, les restaurateurs ont reçu des aides. J’ai acheté six mois avant le Covid. C’est un restaurant qui faisait 50 couverts par jour. Quand on a un prêt et un loyer, c’est très compliqué."

 

Le télétravail, un gros problème

Le télétravail change-t-il aussi la donne ? "Totalement. Des tables que j’avais deux ou trois fois dans la semaine sont en déplacement. Beaucoup de gens ont démissionné ou sont partis, des entreprises ont fermé dans la zone industrielle. C’est un bouleversement Le télétravail qui perdure c’est un gros problème. Orange, à côté de chez moi, a signé un accord de deux jours de télétravail par semaine. Ils venaient régulièrement. Quand vous n’avez plus votre collègue avec qui vous aviez l’habitude de manger , vous prenez votre gamelle et vous ne mangez plus au restaurant."

Comment faire face aux charges, avec en plus l’inflation des produits alimentaires ? "On a un peu augmenté le menu du jour, de deux euros en trois ans, précise Sabine Vignères. Tout augmente, le beurre, l’huile. Je travaille avec ma fille, mais cela commence à être compliqué. Je ne travaille que du lundi au vendredi, mais les salariés n’ont plus envie de travailler, d’avoir de contraintes."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"