Immobilier : le marché de la location pris en étau

Selon une étude réalisée pour PAP.fr, les trois quarts des Français ont plus de mal qu’auparavant à trouver une location.

location
De plus en plus de demandes de location, mais de moins en moins d'offres. (Lionel Bonaventure AFP)

De plus en plus de demandes, de moins en moins d’offres ? La tension sur le marché du locatif est à son maximum.

Des jeunes contraints de rester locataires

Selon une étude réalisée pour PAP.fr, les trois quarts des Français ont plus de mal qu’auparavant à trouver une location. "Plusieurs phénomènes se cumulent, décrypte Corinne Joly, présidente de Particulier à Particulier, n°1 de l’immobilier entre particuliers. Le premier est la difficulté sur le marché de l’achat, notamment avec la hausse des taux d’intérêt. Cela touche particulièrement les jeunes, parce que les banques ont des conditions de prêts difficiles. Elles exigent 20% d’apport personnel, ce qui est assez complexe pour les jeunes."

"Quand un jeune ne peut pas acheter, il reste locataire. On constate du coup, du côté de la location, que moins de logements sont libérés. Les bailleurs sociaux l’ont également constaté. Si l’on reste locataire plus longtemps, cela va demander plus de place. Il y a à la fois moins de logements disponibles et plus de demandes. À cela s’ajoutent d’autres phénomènes qui contribuaient déjà la tension du marché."

 

Tout se concentre sur la location

"Le départ de certains biens vers la location touristique ne s’arrange pas non plus dans certaines villes, explique Corinne Joly, présidente de Particulier à Particulier. Avec tout cela, la location est un peu prise en étau. Les difficultés ne font que s’aggraver." Cela touche-t-il toute la France ? "C’est globalement sur tout le territoire. La tension sur le marché de l’achat est nationale, et la partie location touristique également. Cela fait un moment que c’est tendu dans les métropoles. Mais là, les villes moyennes sont également touchées. On sent que cela se généralise."

Manque-t-on également de mise en chantier ? "Cela fait vingt ans que l’on dit que l’on ne construit pas assez. C’est mal parti pour s’arranger. Il y a une pénurie de matériaux, des problèmes d’approvisionnement. La construction tourne au ralenti. On cumule un ensemble de phénomènes, et tout finit par se concentrer sur la location."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !