single.php

Factures d’électricité : le cri d’alarme d’un boulanger-pâtissier

Face à l'explosion des factures d'électricité, les boulangeries et pâtisseries ne vont plus pouvoir faire face.

Julien, gérant et pâtissier de la boulangerie Le fournil de Rieux, dans l’Oise, lance un cri de détresse alors que le montant des factures d'électricité explosent. Il initie un rassemblement de boulangers et d’artisans.

Électricité : une facture passée de 2.000 à 6.000 euros

"Au rond-point, on va faire ralentir la circulation, distribuer de tracts. J’ai fait des chouquettes, explique-t-il. D’autres artisans ont fait des viennoiseries. On les distribuera pour faire passer le message que les factures d’électricité sont devenus trop élevées, mettant en danger de nombreuses boulangeries-pâtisseries en France."

"Je suis passé de 2.000 euros tout au long de l’année dernière à 6.000 euros, explique Julien. La facture à prélever ce mois-ci serait de 12.880 euros. J’ai fait opposition à la facture, sinon je ne pouvais pas payer." Comment expliquer une telle hausse ? "Je n’en ai aucune idée, je ne comprends pas comment on peut en arriver là. On a changé de contrat, j’ai eu un renouvellement et mon tarif d’électricité a explosé. À tel point que je ne peux plus payer mes factures. J’ai appelé, n’ai pas eu plus d’explications que cela, que c’était le prix du marché et que je ne trouverais sans doute pas beaucoup moins cher. C’est selon eux ce que vaut l’électricité."

 

 

"Des boulangeries et pâtisseries vont fermer"

Face à ces factures qui mettent leur survie en danger, les boulangers et pâtissiers manifestent pour interpeller le gouvernement, une fois passées les fêtes de fin d’année. "De nombreuses boulangeries et pâtisseries vont fermer dans les semaines à venir, insiste Julien, gérant et pâtissier de la boulangerie Le fournil de Rieux, dans l’Oise. On ne peut pas laisser faire cela. Nous sommes des artisans qui faisons vivre des villages."

"On aime notre métier, ce n’est pas un métier facile, on ne peut pas fermer à cause de factures d’électricité trop chères." Le gouvernement propose un amortisseur de 20% de la facture. "C’est insuffisant, un pansement sur une hémorragie. Pour ma petite entreprise, 9.000 euros, c’est plus de la moitié de mon chiffre d’affaires mensuel. Je ne peux pas payer les salariés et mes fournisseurs avec une facture aussi élevée."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
14H
13H
12H
11H
10H
09H
07H
23H
22H
Revenir
au direct

À Suivre
/