single.php

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes de la FNSEA ?

Par Jean Baptiste Giraud

La FNSEA demande une solution face à la concurrence déloyale que représentent les importations et une pause dans la transposition des normes européennes.

FNSEA
La FNSEA demande une solution face à la concurrence déloyale que représentent les importations et une pause dans la transposition des normes européennes. (c) AFP

Pour Patrick Bénézit, le vice-président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), il appartient au gouvernement français, bien plus qu'à la Commission européenne, d'apporter des réponses à la colère des agriculteurs.

 

Pour la FNSEA, certaines des demandes des agriculteurs peuvent se régler très vite

Comment cette crise peut-elle être désamorcée ? "Elle peut être désamorcée à partir du moment où il y a des réponses à toutes les demandes que nous avons posées : au niveau des prix, au niveau de la concurrence déloyale avec des imports qui arrivent avec des normes très différentes, et au niveau des mesures promises, notamment vis-à-vis des élevages. Et puis des normes problématiques concernant les prairies et les mécaniques de détection des sécheresses. On comprend que toutes ces mesures ne peuvent pas se régler en 48 heures. En revanche, on veut une carte de travail qui fasse que dans 8 jours il y a ça, dans un mois il y a ça…", a détaillé Patrick Bénézit, le vice-président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA).

Quelles sont les demandes qui peuvent se régler très vite, selon Patrick Bénézit ? "Ce qui peut se régler très vite, c’est que le président de la République annonce qu’il utilisera son droit de veto lors du vote au sujet de la signature du traité Mercosur. Les mesures de transposition, un cadre législatif qui appuie les politiques des États généraux de l’alimentation, pour permette qu’on soit payés au coût minimum de la production. Toutes ces mesures peuvent se prendre très rapidement, et d’autres dans la foulée avec des délais malgré tout assez courts."

 

"La mobilisation reste nationale"

Les agriculteurs ne se sont-ils pas trompés de destination ? Ne fallait-il pas plutôt aller à Bruxelles ? "La mobilisation est sur tout le territoire, il ne faut pas oublier ça. Il y aura des blocages autour de Paris, mais aussi autour de Lyon, Clermont-Ferrand… Dans chaque département, il y aura des choses de faites. La mobilisation reste nationale.

Il y a énormément de choses qui ont été validées par la France dans le cadre européen, toutes ne viennent pas de Bruxelles. Et la voix de la France compte à Bruxelles pour régler certains problèmes", a répondu Patrick Bénézit.

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
07H
04H
01H
23H
22H
21H
20H
19H
17H
15H
Revenir
au direct

À Suivre
/