Lyon et Besiktas privés de compétition européenne en cas de récidive dans les 2 ans

Les affrontements entre supporters de l'OL et de Besiktas avaient retardé le coup d'envoi du match (© PHILIPPE DESMAZES - AFP)
Les affrontements entre supporters de l'OL et de Besiktas avaient retardé le coup d'envoi du match (© PHILIPPE DESMAZES - AFP)

L’UEFA a officiellement réagi ce mercredi suite aux incidents de jeudi dernier en marge du match Lyon-Besiktas en quart de finale de l’Europa League.

Deux jours après l’attentat de Dortmund, le football européen vivait jeudi dernier de nouveaux moments difficiles avec les nombreux incidents à Lyon ayant entraîné le report de plusieurs dizaines de minutes du coup d’envoi du match Lyon-Besiktas. Mais alors que les joueurs de l’Olympique Lyonnais ont également vécu de sérieuses frayeurs ce week-end à Bastia, l’UEFA vient de communiquer sur les conséquences des incidents de Lyon-Besiktas.

100 000 euros d’amende et une épée de Damoclès au-dessus de la tête

Et la sanction est tout sauf anodine pour les deux clubs. En plus d’une amende de 100 000 euros, l’Olympique Lyonnais et le Besiktas Istanbul sont en effet désormais sous le coup d’une exclusion de toute compétition européenne, avec une période probatoire de deux ans. Une sanction qui a évidemment fait réagir le président lyonnais Jean-Michel Aulas. Mais alors que le club rhodanien assurait que ses supporters ayant envahi la pelouse avant le coup d’envoi l’ont fait pour se protéger de pétards lancés sur eux par leurs rivaux turcs, Jean-Michel Aulas accepte la décision de l'UEFA. "C’est une décision équitable. On a été surpris de la violence de certains supporters. La loi française nous a été défavorable. On sera peut-être obligé de ne pas respecter la loi du refus de vente. Les pouvoirs publics nous accompagneront plus. On apprend tous les jours. On respecte la décision de l’UEFA. Il y a eu des débordements et on a eu une part de responsabilité. J’ai eu la bonne idée de rejoindre la tribune dans laquelle les supporters étaient pourchassés. On a eu une bonne réaction. Le match n’aurait pas eu lieu autrement. On verra si on fait appel. Mais en première analyse, c’est une sanction qu’on assume", a-t-il déclaré sur le site du club.

De son côté, Besiktas n'a pas du tout accueilli la nouvelle de la même manière. "Il n'y a rien à dire sur cette décision scandaleuse", a ainsi déclaré Metin Albayrak, porte-parole du club stambouliote, dans des déclarations rapportées par la chaîne de télévision NTV.

Match retour jeudi soir à Istanbul

Alors que les deux clubs se retrouvent ce jeudi soir pour un match retour qui s’annonce bouillant à Istanbul, l’entraîneur lyonnais Bruno Genesio s’est confié ce mercredi en conférence de presse sur le contexte de cette rencontre. "On se sent complètement en sécurité. Tout a été fait pour qu'on soit parfaitement encadré depuis notre arrivée en Turquie. Il n'y a pas de sentiment de peur, juste l'envie de faire un grand match demain soir", a-t-il déclaré aux journalistes.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio