single.php

"Oui, l'Europe est mortelle et assiégée" affirme Roland Lescure

Par Aurélie Giraud

Roland Lescure, ministre délégué chargé de l'industrie et de l'énergie, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Roland Lescure
Roland Lescure, interviewé par Benjamin Glaise sur Sud Radio, le 26 avril, dans “L’invité politique”.

Discours sur l'Europe d'Emmanuel Macron, réindustrialisation de la France, décarbonation de l'industrie : Roland Lescure a répondu aux questions de Benjamin Glaise.

 

"Oui, l'Europe est mortelle et assiégée"

Dans une allocution fleuve de près de 2 heures, Emmanuel Macron a prononcé jeudi 25 avril son discours sur l'Europe. Il a notamment affirmé que "l'Europe est mortelle". "Oui, l'Europe est mortelle et assiégée" estime Roland Lescure. "Elle est jeune, c'est une construction qui a moins de 70 ans" rappelle le ministre délégué. "Dire que l'Europe est mortelle est un réveil bienvenu sur l'intensité du moment. Aujourd'hui l'Europe est assiégée, il faut réagir".

"D'un point de vue géopolitique, avec la guerre aux portes de l'Europe. Derrière l'invasion de l'Ukraine par la Russie, c'est une guerre existentielle. C'est une certaine idée de la démocratie, de l'Europe qui est attaquée. Elle est assiégée aussi du point de vue de l'ingérence dans nos réseaux sociaux, nos boîtes mails. L'Europe est aussi assiégée du point de vue économique. La Chine et les États-Unis ne jouent plus le jeu suivant les règles en phase depuis 30 ans. On a 2 pays qui sur-subventionnent leurs industries. Il faut faire face à ce triple siège géopolitique, cyber et économique".

"L’Europe, c’est une équipe de foot. Il faut jouer ensemble de manière solidaire"

Emmanuel Macron a-t-il plus parlé d'une Europe fédérale que d'une Europe des nations ? "La réalité, c'est que l'Europe ne sera pas forte si les nations qui la composent ne sont pas fortes" affirme Roland Lescure. "Mais la France ne sera pas forte dans le monde dans lequel on est aujourd'hui si l'Europe n'est pas forte. L'Europe, c'est un équilibre entre des pays forts dans une équipe encore plus forte. C'est une équipe de foot l'Europe ! Une vraie équipe de foot n'est forte que quand les 11 joueurs jouent ensemble. On est à 27, c'est parfois un peu plus compliqué de jouer à 27 qu'à 11".

"Mais si on ne joue pas ensemble de manière solidaire, coopérative, reconnaissant les différences, les talents différents des uns et des autres, on va perdre la partie. Parce que face à nous, on a 50 États, les États-Unis et certainement le province de la Chine qui sont très forts". "On peut avoir une souveraineté française et une souveraineté européenne en même temps" estime le ministre délégué. Il prend l'exemple des médicaments et du Covid. "On a été le continent qui a produit le plus de vaccins et qui a partagé ces vaccins de manière à vacciner tout le monde en Europe. Ça a été un exemple unique".

"Dès 2025, nous stockerons du carbone dans des puits de pétrole"

Concernant la décarbonation de l'industrie, l'une des clefs est le stockage de carbone. C'est-à-dire capter le dioxyde de carbone à la sortie des usines pour l'enfouir dans d'anciens puits de pétrole ou de gaz. "On commence !" annonce Roland Lescure. "Aujourd'hui, je lance la mise en œuvre concrète de la planification écologique, pour obtenir la neutralité carbone en 2050". Le ministre délégué explique avoir "signé 50 contrats de décarbonation avec les 50 plus gros émetteurs. Des cimenteries, des alumineries, qui représentent 60% des émissions". "On lance un appel à manifestation d'intérêt pour que des entreprises testent le renvoi du carbone dans les vieux puits de pétrole. On aide à financer les expérimentations. Début 2025, on commencera à stocker du carbone dans des puits de pétrole. Si ça marche, on autorisera la capture et le stockage du carbone à partir de 2026-2027".

Dans quels types de territoires est-ce possible de stocker le carbone ? "On a une carte des réservoirs potentiels qu'on rend publique" précise Roland Lescure. Les 50 entreprises avec lesquelles un contrat a été signé "ont besoin de stocker entre 8 et 15 mégatones de carbone par an. On a un potentiel de stockage en France de 800 mégatones. C'est-à-dire qu'on a 50 ans devant nous" assure le ministre délégué. "Et 50 ans, c'est exactement ce qu'il nous faut pour inventer toutes les technologies pour qu'on n'ait plus besoin de stocker du carbone". "Une dizaine d'entreprises français sont en train de créer une nouvelle filière du carbone. On est donc capables de transformer cette révolution verte en une opportunité de prospérité dans nos territoires".

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
06H
05H
04H
02H
23H
22H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/