single.php

Plus de 240 tracteurs dénoncent le malaise agricole en Vendée

Par Théo Andrieux

Ils sont plus de 240 selon la préfecture, 350 selon la FDSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles). Ces agriculteurs en tracteur ont convergé aujourd'hui vers le centre de La Roche-sur-Yon et vers la préfecture. Ils se mobilisent de manière pacifique pour dénoncer leurs conditions de travail indignes.

logos FDSEA Vendée et Jeunes Agriculteurs Vendée

Une manifestation massive mais dans la paix

Ils ont souhaité se faire remarquer dans la commune de La Roche-sur-Yon en Vendée... Les agriculteurs mobilisés ont arrêté leurs tracteurs sur les boulevards qui entoure le centre-ville, afin de se mettre autour d'un barbecue dans un jardin en face de la préfecture. Mais les manifestants ne se sont pas contentés d'y déjeuner.

 

Une délégation de la FDSEA de Vendée et des Jeunes agriculteurs a également rencontré le préfet Benoît Brocart. Elle n'y est cependant pas allé les mains vides. La délégation lui a offert un coq, afin de dénoncer l'intolérance des citadins face aux supposées "nuisances du monde agricole".

Malgré ses aspects assez spectaculaires, la manifestation s'est déroulée dans le plus grand des calmes. Rien n'a été déversé sur la chaussée par les agriculteurs, et aucune forme d'altercation ou de débordement ne s'est produite.

 

"Cela fait 5 ans qu'on n'a pas vu autant d'agriculteurs manifester en Vendée", responsable syndicale anonyme.

Les syndicats agricoles présents se sont particulièrement réjouis de l'ampleur du mouvement. En plus de soulever la rareté d'une mobilisation aussi massive dans le département, un responsable syndicale a souligner que cette initiative venait des agriculteurs eux-même et non des syndicats : "C'est venu de la base".

Les agriculteurs se sont alors totalement investi dans cette manifestation, et ont su faire preuve d'ingéniosité afin de marquer les esprits, face au malaise grandissant dans leur profession. Benoît, âgé de 31 ans, et installé à Mouchamp, a notamment accroché un pantin en salopette sur le capot de son tracteur, afin de représenter un agriculteur pendu à une potence. En dessous, on y trouve une pancarte sur laquelle est marqué : "Au nom de la terre, sauvez-nous".

Cette inscription fait référence au titre d'un film d'Edouard Bergeon avec Guillaume Canet, en salle dès demain. Le long-métrage a pour sujet le suicide des agriculteurs. Une excellente mise en lumière pour les manifestants, qui souhaitent exposer leur situation catastrophique au plus grand nombre.

L'info en continu
21H
20H
19H
18H
17H
15H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/