Personnel et étudiants désespérés par le blocage de la fac Jean-Jaurès de Toulouse

Université Jean-Jaurès Le Mirail Toulouse ©PASCAL PAVANI - AFP

L'université Jean-Jaurès de Toulouse est la première à avoir été perturbée, en décembre dernier. Aujourd'hui, les enseignants-chercheurs et les étudiants non-grévistes réclament la fin du blocage.

Première fac à être entrée dans le mouvement de contestation étudiant le 7 décembre dernier contre le projet Idex, puis la loi ORE, la fac du Mirail de Toulouse a été placée sous tutelle du ministère depuis le 6 mars, une première en France.

Mais aujourd'hui, le blocage est toujours intégral, obligeant les enseignants chercheurs de la maison de la recherche, une antenne de l'université qui compte quelque 30 000 dans les sciences sociales, à faire cours comme ils le peuvent et à faire leurs réunions dans des cafés.

"Nous autres enseignants-chercheurs, ne pouvons plus faire notre recherche puisque nos collections sont enfermées dans la maison de la recherche. J’ai prêté tous mes bouquins personnels à mes étudiants, parce qu’ils ne peuvent plus aller à la bibliothèque depuis avant les vacances de Noël. Il faut vraiment que ça s’arrête et que ça ne recommence jamais", réclame Martine Joly, professeur d'archéologie.

400 personnes travaillent dans cette unité de recherche d’excellence de l’université Jean-Jaurès. Carole Fritz, directrice scientifique de la Grotte Chauvet, ne cache pas son inquiétude : "Les conséquences de ce qui se passe vont être terribles, pour le deuxième campus qui représentait la recherche en sciences humaines en France."

Un avenir incertain et une image qui se dégrade durablement. Florent Hautefeuille est enseignant-chercheur en archéologie : "Je chapeaute un contrat de recherche avec une université américaine, qui a un budget de 550 000 euros, qui repose sur la venue annuelle d’un collègue américain pendant trois mois. Il est arrivé une semaine avant le blocage et il est reparti deux mois après, sans même avoir pu récupérer ses affaires qui sont restées bloquées à l’intérieur."

Des chercheurs et des enseignants de l’université ont demandé à leur ministre d’intervenir et de faire débloquer leurs locaux, demande restée à ce jour sans réponse.

Et la détresse est la même du côté des étudiants qui ne sont pas d'accord avec les grévistes. Lundi, sans surprise et au bout de 5h d'AG, le blocage de l'université Jean-Jaurès a été reconduit jusqu'à jeudi matin. Les grévistes n’ont pas l’intention de bouger tant que le gouvernement ne reculera pas, prévient Aurélie Anne-Thos, l’une des leaders du mouvement : "Pour nous, le but du jeu, est de rentrer dans un rapport de force avec le gouvernement, pour que le gouvernement n’ait pas le choix et soit obligé de retirer sa loi."

En plus du blocage total, qui dure depuis plus d’un mois, c’est tout le fonctionnement de la fac qui est perturbé depuis le 7 décembre dernier. Noémie et Laurie sont en troisième année de lettres modernes et, pour elles, ce blocage est désormais un abus de pouvoir de la part d’une minorité d’étudiants : "On essaie d’en sortir en venant aux AG et en votant contre. Mais ça ne suffit jamais, ça ne suffira jamais. Ils trouveront toujours le moyen de continuer". "Il faut savoir aussi que, nous, on a essayé, en tant qu’élèves, de rouvrir les bâtiments et on s’est fait sortir par la sécurité. Pourquoi les bloqueurs n’ont-ils jamais été sortis par la sécurité ? Il y a quelque chose qu’on ne comprend pas."

Camille, elle, est étudiante en première année de russe et ne sait plus quoi faire pour son année universitaire : "La fac est impraticable. Tout est cassé, dégradé. On ne peut pas faire les examens ici. Et comme on n’a pas eu de cours depuis deux mois, les examens n’ont pas trop de sens."

Hier, les grévistes ont reçu le soutien des cheminots. "Si on vous déloge, ont-ils dit, on vous ouvrira nos gares."

Mercredi, le tribunal administratif doit rendre sa décision sur la requête en référé de 4 étudiants de l'UNI, syndicat étudiant de droit, pour exiger que l'administrateur provisoire, Richard Laganier, utilise ses pouvoirs de police pour faire débloquer la fac.

Les examens de mai, eux, ont d'ores-et-déjà été annulés On parle de juin, voire de juillet, pour les passer au Parc des Expositions, ce qui pose de gros problèmes logistiques, tant sur la sécurité que sur les modalités d'organisation.

Un reportage de Christine Bouillot pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Jeudi 3 mai 2018 à 15:24
Tous égaux certes devant la loi, mais tous égaux pour faire des études poussées certainement pas. Il est vrai que le mot sélection est un gros mot à bannir à tout jamais par les gauchistes de tous poils. Nivelons par le bas, 10/10 à tous, comme à l'école des fans de Jacques Martin.
C'est un peu comme à l'instar du sport, combien de personnes sont capables de courir le 100 mètres à pieds en 9.58 une seule Bolt.
Michel Ange
- Jeudi 3 mai 2018 à 15:24
Tous égaux certes devant la loi, mais tous égaux pour faire des études poussées certainement pas. Il est vrai que le mot sélection est un gros mot à bannir à tout jamais par les gauchistes de tous poils. Nivelons par le bas, 10/10 à tous, comme à l'école des fans de Jacques Martin.
C'est un peu comme à l'instar du sport, combien de personnes sont capables de courir le 100 mètres à pieds en 9.58 une seule Bolt.
Cléante
- Jeudi 10 mai 2018 à 21:05
Excellent! Nous aurons ainsi de plus en plus d'étudiant.e.s français.es, dans nos Departments of French Studies aux USA. Continuez à casser la branche... Bravo!
Vaugelas
- Vendredi 18 mai 2018 à 21:45
Pourriez-vous me rappeler le rang de ladite université toulousaine? Vendez le terrain aux Chinois, et basta.
"nos" gares, disent les cheminots??? Rires.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio