Moderna : pourquoi la Suède a suspendu le vaccin pour les moins de 30 ans ?

La vaccination avec le vaccin Moderna a été suspendu par la Suède pour ses habitants de moins de 30 ans. Un principe de précaution face à des risques jugés "minimes".

Vacciner avec le Moderna comporterait-il des risques ? C'est ce que craint la Suède et le Danemark qui ont suspendu "par précaution" la vaccination avec ce vaccin pour, respectivement, les moins de 30 et 18 ans. Les risques seraient tout de même "minimes".

Il y avait un risque et la Suède n'a pas voulu en prendre. "Par précaution", le gouvernement suédois a pris la décision de ne plus vacciner sa population de moins de 30 ans au vaccin anti-Covid du laboratoire Moderna. Ce principe de précaution a été pris après "des signes de risques accrus d'effets secondaires - surtout après la deuxième dose - comme les inflammations du myocarde et du péricarde".

Le coeur des jeunes patients en danger ? L'agence suédoise de santé publique, la FHM, ajoute que les risques sont "minimes". De plus, "des signes de risque accru d'effets secondaires comme les inflammations du myocarde et du péricarde, la myocardite et la péricardite disparaissent souvent d'elles-mêmes, sans causer de problèmes durables".

Oui, "mais les symptômes doivent être évalués par un médecin" préconise la FHM. La décision a donc été prise : les Suédois et les Suédoises de moins de 30 ans ne seront plus vaccinés par ce vaccin. En France, aucune décision n'a encore été prise à ce sujet et les vaccinations avec le Moderna se poursuivent. Mais ce n'est pas le cas au Danemark qui a également pris rapidement ce sujet au sérieux.

Le Danemark fait le même constat que la Suède

Le Danemark a en effet déclaré que, bien qu'il utilisait le vaccin Pfizer/BioNTech comme option principale pour les personnes âgées de 12 à 17 ans, il avait décidé de suspendre l'administration du vaccin Moderna aux personnes de moins de 18 ans selon un "principe de précaution". L'autorité sanitaire danoise a fait le même constat que son acolyte suédoise : "Dans les données préliminaires, il y a une suspicion d'un risque accru d'inflammation cardiaque, lorsqu'il est vacciné avec Moderna", a-t-elle déclaré.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) va désormais se servir de l'affaire afin d'établir une évaluation plus approfondie de la question et des fameux risques secondaires. Une réponse définitive de l'EMA sera rendue d'ici un mois. D'ici là, la Suède comme le Danemark ont recommandé à leur population de se faire vacciner avec le Pfizer/BioNTech.

Maxime Trouleau (avec AFP et Reuters)

À lire aussi :

Vaccins anti-Covid: la voie s'élargit vers une 3e dose pour tous

La vaccination pour les soignants ? : "Le chiffre de 3000 mises à pied est sous-estimé a avoué le gouvernement"