La privatisation de l'assurance-chômage "coûterait plus cher" que Pôle Emploi

Photo d'illustration

Alors que les négociations ont débuté sur la réforme de l'assurance-chômage, Mathieu Plane, économiste à l'OFCE, était l'invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

L'universalité de l'assurance-chômage, qui serait ouverte aux indépendants et aux démissionnaires, était l'une des mesures phares du programme d'Emmanuel Macron.

Alors que s'ouvrent les négociations avec les partenaires sociaux, Mathieu Plane, économiste à l'OFCE, estime qu'avec "une enveloppe budgétaire relativement faible, vous êtes obligé de limiter les droits qui peuvent être obtenus par une démission".

"Au départ, c'était l'idée que des personnes qui souhaitent changer de projet avec une démission puissent accéder à l'assurance chômage. Maintenant, on voit qu'il y a une discussion autour de ça, avec des garde-fous potentiels sur le montant de l'indemnisation, le projet réalisé, le nombre de fois où vous pourrez renouveler ce type d'opération, qui font qu'on limiterait beaucoup ces possibilités. Finalement, ce n'est pas ouvrir l'assurance-chômage à tous les démissionnaires", a-t-il ajouté.

En cause, évidemment, le coût de la mesure, qu'un plus fort contrôle des chômeurs, annoncé il y a quelques semaines, ne suffira pas à combler : "Le contrôle des chômeurs, qui fait partie du package, existe. Pôle Emploi a fait une étude assez poussée pour voir quels étaient ces chômeurs qui abusaient. Les résultats sont assez décevants en termes de ressources parce qu'ils arrivent à 0,4 % des chômeurs qui abuseraient de façon complètement consciente. (...) Le contrôle des chômeurs peut marginalement apporter des ressources, mais pour contrôler, il faut des personnes et les gains à avoir sont relativement faibles."

Des négociations qui s'annoncent donc difficiles, puisque les solutions sont difficiles à trouver. Pour Mathieu Plane, même l'idée d'une privatisation de Pôle Emploi ne serait pas nécessairement une solution satisfaisante : "Le problème, c'est que ça coûte cher. Si vous souhaitez réduire le coût budgétaire de Pôle Emploi, en externalisant par le privé, il faut aussi trouver de nouvelles ressources et le financer. Il y a une certaine efficacité à passer par le privé, par contre, ça coûte plus cher que Pôle Emploi."

Écoutez l'interview de Mathieu Plane, invité du Grand Journal de 18h au micro de Véronique Jacquier

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Gregory
- Samedi 13 janvier 2018 à 16:55
Le privé coute plus car il faut deja payer les actionnaires. J'ai deja eu a faire a plusieur reprise au boite privé qui sont censé remplacé en mieux pole emploi ; c'est une veritable catastrophe ( harcellement pour nous faire accepté n'importe quel poste au mepris de la convention des droits de l'homme de l'ONU ("libre choix de son emploi"), les pseudo conseiller n'hesite pas a mentir sur nos CV pour nous faire sortir plus vite et gagné un maximum d'argent sur notre dos ... )
Arnaud75012
- Dimanche 29 juillet 2018 à 05:36
Dire que le privé est plus efficace que Pole Emploi est complément faux, ceux qui sortent des inepties pareille non jamais eu affaire au vautour du privé.
Le vécu admini…
- Mercredi 17 octobre 2018 à 16:39
Les agents paresseux de Pole emploi (ils rédigent comme une IA faible ) valent bien une messe, comparé aux "vautours du privé" , qui sont plus efficaces , dans l atteinte d un objectif matériel

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio