Élisabeth Lévy : "L'Éducation nationale est un désastre"

Des garçons qui portent des jupes à l'école, des lycéens qui ne connaissent pas le mot "ludique"...Deux polémiques récentes posent des questions sur l’École.

Protocole sanitaire
Le masque reste de mise en classe. © AFP

Des garçons qui portent des jupes à l'école, des lycéens qui ne connaissent pas le mot "ludique"...Deux polémiques récentes posent des questions sur l’École.

Le 3 juin, à l’école Sainte Jeanne d’Arc de Tours, deux frères de quatre et six ans sont refoulés de leurs classes parce qu’ils portent des jupes, malgré les mises en garde de l’établissement. Selon les parents, qui ils dénoncent une brimade : la demande vient de l’aîné qui aime les robes, le rose et les paillettes. Le responsable diocésain rappelle qu’il y a des codes vestimentaires et sociaux. Résultat, ils iront dans une école publique qui les acceptera habillés comme ils veulent. 

Deuxième anecdote : Le sujet de français du bac pro "Selon vous, le jeu est-il toujours ludique ?» a affolé nombre de candidats qui ne connaissaient tout simplement pas le mot ludique. Bien entendu, les notes seront remontées…

Ces histoires illustrent deux facettes du désastre de l’Éducation nationale. La mission de l’école est de transmettre des savoirs, d’introduire les jeunes à la culture dont ils sont les héritiers. Pour cela, elle doit être un sanctuaire protégé des bruits du monde et des modes idéologiques. On ne va pas à l’école pour afficher sa religion ou sa sensibilité, mais pour apprendre. Or, non seulement, l'Éducation Nationale est ouverte à toutes les lubies sociétales et à la propagande des militants pseudo-progressistes mais elle a renoncé à toute exigence intellectuelle. Elle est particulièrement complaisante avec l’apologie de la transsexualité. Même Jean-Michel Blanquer avait demandé aux enseignants de se montrer bienveillants avec les jeunes trans en utilisant leur prénom de leur choix. Le cas de Tours est particulièrement choquant parce qu’il s’agit de gamins, qu’on encourage à penser que chacun est ce qu’il lui plait. 

Mais le plus grave, c’est la baisse dramatique du niveau. C'est un phénomène à la fois accepté et nié par l’Éducation nationale et les sociologues effacistes. L'école n’est pas la seule responsable. Des parents laissent leurs gosses des journées entières devant les écrans. N’empêche, que des ados de 18 ans n’aient jamais rencontré le mot ludique prouve qu’en sept ans de secondaire ils n’ont pas lu un seul livre (d’où leur orthographe consternante). Comment pourraient-ils penser le monde quand ils n’ont plus les mots pour le faire ? 

Les jeunes accusent leurs aînés de leur laisser un monde en piteux état avec le réchauffement climatique, la pollution et la guerre. Mais notre véritable crime contre la jeunesse, c’est de la condamner à l’ignorance.