3 ans après l'Hyper Cacher, les actes antisémites inquiètent la communauté juive

Trois ans après, l'émotion est toujours vive autour de l'Hypercacher de la porte de Vincennes ©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT - AFP

Trois ans après l'attentat de l'Hyper Cacher porte de Vincennes, la communauté juive a encore été visée par l'incendie d'une épicerie à Créteil, lundi, ravivant les inquiétudes de toute la communauté sur le climat actuel.

C'est le troisième anniversaire de l'attentat qui a frappé le magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Lundi, une épicerie cacher a encore été incendiée à Créteil, dans le Val-de-Marne et la piste criminelle est privilégiée par les autorités. Un feu qui intervient une semaine après la découverte de tags antisémites sur cette même épicerie.

Des actes malveillants qui poussent la communauté juive de France à se sentir menacée, selon Sammy Ghozlan, président du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme.

"C'est le grand malaise, l'incertitude, la peur, a-t-il expliqué. Vous avez des gens qui n'osent plus sortir en portant une kippa, d'autres qui retrouvent leur voiture taguée 'Sale juif' ou avec des excréments dessus. C'est quelque chose de constant, qui perdure. Entre décembre et début janvier, nous en sommes déjà à une quarantaine d'actes antisémites recensés et les choses traînent."

Pourtant, le nombre d’actes antisémites est en recul dans l’Hexagone, 345 en 2016, 276 en 2017 et 40 depuis décembre 2017. Moins d’actes, mais leur gravité augmente, selon Sammy Ghozlan : "Il y a eu une baisse sensible en 2016, encore une baisse en 2017, mais les faits sont plus graves. Alors que les bâtiments sont protégés, les écoles ou les synagogues sont devenues des forteresses, le phénomène s'est déplacé et atteint les Juifs sur leurs personnes et à leur domicile. Au cours d'un cambriolage, une victime juive a vu sur le mur de sa chambre 'Sale juif', 'On va vous tuer' ou 'Vive Daesh'."

Propos recueillis par Quentin Vaslin pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Mercredi 10 janvier 2018 à 22:19
Mon texte a été censuré, j'ignore les raisons.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio