single.php

Thierry Solère : "Macron parle beaucoup mais ne fait pas grand chose"

Par Jérémy Jeantet

Le député Les Républicains des Hauts-de-Seine juge que le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, "cherche plus à remplacer François Hollande qu'à faire son travail".

Invité de l'émission Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat, Thierry Solère a réagi aux propos d'Emmanuel Macron qui indique ne pas se sentir "l'obligé" de François Hollande.Pour le député Les Républicains des Hauts-de-Seine, Emmanuel Macron "devrait être candidat à la présidentielle, directement", au lieu de tenir des propos qui sont plus, selon lui, "beaucoup de com' et pas beaucoup d'action. Quand on est ministre, on n'est pas là pour parler, on est là pour faire, et Emmanuel Macron, il aime beaucoup parler.""Emmanuel Macron a été secrétaire général adjoint de l'Elysée, il est l'initiateur, depuis l'élection de François Hollande, de la politique économique qui a conduit notre pays à avoir 39 000 chômeurs en plus rien que le mois dernier, a poursuivi Thierry Solère. C'est la faute à la gauche, c'est la faute à Macron, c'est la faute à Valls, c'est la faute à Hollande."Celui qui est aussi président du comité d'organisation de la primaire de la droite et du centre met au contraire en avant l'unité qu'il espère voir émaner de la primaire au sein des Républicains : "Ce qui m'importe, c'est qu'on soit rassemblés à la présidentielle, avec la primaire, et surtout, qu'on soit au rendez-vous pour que ça aille mieux en France."Une unité qu'il ne voit pas à gauche, expliquant que a fait presque peine de voir un président de la République qui contredit son Premier ministre sur les plateaux de télévision et qui a un jeune ministre de l'Economie qui de toute évidence, cherche plus à le remplacer qu'à faire son travail".Interrogé sur la candidature de Rama Yade, annoncée jeudi soir sur le plateau de TF1, Thierry Solère a laissé entendre qu'elle n'était pas en mesure d'assurer la fonction présidentielle : "Le prochain président de la République aura un job très difficile. Si vous me demandez de faire décoller un Airbus A380 dans 20 minutes à l'aéroport de Roissy, je ne vais pas être candidat pour le faire, parce que je ne sais pas le faire. Si quelqu'un fait un infarctus et qu'il faut l'opérer du cœur, je ne serais pas candidat. Je pense que dans un pays qui est frappé par le terrorisme, qui connaît une telle explosion du chômage et des déficits publics, on cherche un chef d'Etat pour 2017 qui aura un niveau très important."Regardez l'interview de Thierry Solère, député Les Républicains des Hauts-de-Seine et président du comité d'organisation de la primaire de la droite et du centre, invité de l'émission Territoires d'Info sur Sud Radio et Public Sénat

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
13H
12H
11H
10H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/