Stade de France : "Arrêtons de faire une fixette sur Gérald Darmanin !" affirme Karl Olive

Karl Olive, maire de Poissy et candidat Ensemble! aux législatives, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Stade de France
Karl Olive, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 3 juin, dans "le petit déjeuner politique".

Stade de France, délinquance, urgences du gouvernement, campagne des législatives : Karl Olive a répondu aux questions de Patrick Roger.

Stade de France - Karl Olive : "Arrêtons de faire une fixette sur le ministre de l'Intérieur !"

Une semaine après le chaos au Stade de France, les Français ne semblent pas convaincus par les réponses de Gérald Darmanin, qui a renvoyé la faute sur les supporters anglais. Karl Olive, candidat Ensemble! aux législatives, tient à souligner que "les supporters anglais comme espagnols ont été exemplaires, même si certains ont voulu tricher" et se sont massés dans un goulot d'étranglement. Derrière le premier barrage, il y a eu moins de stadiers, "ce qui constitue selon lui une faute car ça n'a pas été anticipé". Et puis, "derrière, cette délinquance mineure de nos quartiers qui vient polluer l'immense majorité de ceux qui viennent à une fête. Vous avez là le cocktail parfait de ce qui a bousillé la finale". Toutefois, "à l'intérieur du stade, on a eu une très belle fête du football".

Gérald Darmanin n'a pas parlé des délinquants. "Il a été abreuvé d'informations qui lui remontaient du terrain initialement. Il y a une enquête, rappelle Karl Olive, laissons-la se dérouler. S'il faut prendre des décisions radicales sur du zèle parfois qui a été fait de part et d'autre, il faudra en tenir compte. Mais je ne jetterai pas l'opprobre sur les forces de police !" Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs refusé de donner la nationalité des interpellés au Stade de France. "Arrêtons de faire une fixette sur le ministre de l'Intérieur ! Arrêtons de vouloir chercher le coupable dans ce pays à chaque fois qu'il se passe quelque chose ! Laissons faire l'enquête, mais il faudra qu'elle soit connue publiquement et qu'il y ait des sanctions s'il y a des fautes".

"Le non-cumul des mandats est une belle connerie !"

Le gouvernement craint-il que l'insécurité s'installe dans la campagne à quelques jours des législatives ? "La sécurité ou l'insécurité, ce n'est pas un micro-climat !, estime Karl Olive. Il faut travailler le sujet à la racine, voir les gens sur le terrain. Être dans la réciprocité des droits et devoirs et ça, sans appel !" Le marie de Poissy rappelle que c'est ce qu'il fait dans sa commune, avec la suppression de certaines aides non obligatoires. Ces mesures "font école et nombre de collectivités les empruntent". "Quand on prend le sujet à bras le corps, on fait baisser la délinquance. C'est ce qui se passe à Poissy, avec -20%".

Karl Olive est maire de Poissy mais aussi candidat aux prochaines élections législatives. S'il est élu, il confirme qu'il quittera la mairie. "C'est un crève-cœur !", assure-t-il. Pour lui, "le non-cumul des mandats est une belle connerie !"Il estime que "le cumul entre député et maire permettait les remontées du terrain. Le sérum de la vérité venant du terrain remontait à l'État dans un très joli sens". "J'espère secouer le cocotier et faire la démonstration que ce n'est pas une hérésie selon la taille des communes". Karl Olive affirme en avoir parlé à Emmanuel Macron. "Il réfléchit à ce qu'on puisse mettre tout ça sur la table, mais aussi à l'idée de la création du conseiller territorial".

 

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"