Projet loi asile-immigration : "Des mesures symboliques qui ne vont rien régler"

Photo d'illustration d'un camp de migrants porte de la Chapelle à Paris ©GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP

Pierre Henry, directeur général de l'Association France Terre d'Asile, était l'invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

Rendez-vous à Matignon jeudi pour les associations pour évoquer le projet de loi Asile et Immigration en discussion actuellement. Des associations qui ont reçu une trame des mesures envisagées. Une ébauche qui laisse sur sa faim Pierre Henry, directeur général de l'Association France Terre d'Asile, invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

"Il y a la confirmation d'un certain nombre d'orientations et une inversion des priorités par rapport à l'objectif initial, qui est préoccupant, a-t-il dénoncé. L'objectif initial était de réduire les délais d'instruction des demandes d'asile, ce qui rencontrait l'assentiment de l'ensemble des acteurs. Aujourd'hui, l'accent est surtout mis sur l'ensemble des mesures qui peuvent dissuader la demande d'asile ou aider à l'éloignement des personnes en situation irrégulière."

Une approche qui, pour Pierre Henry, reste "très symbolique" et "ne va rien régler sur le fond".

"Si on veut avancer sur ce dossier, il faut surtout remettre la tête à l’endroit de ce projet de loi. Mettre en place les conditions d’un dispositif vertueux sur l’ensemble du territoire, a-t-il ajouté. Ça veut dire que dès qu’un étranger arrive sur le territoire, il a un lieu où il va être reçu en dignité. Ça ne veut pas dire qu’il va rester indéfiniment et que c’est un droit de séjour inconditionnel. Mais aujourd’hui, ce lieu digne n’existe pas (...) Je dis qu’il y a énormément de travail pour arriver à un texte consensuel, si tant est que ce soit l’objectif du gouvernement."

Écoutez l'interview de Pierre Henry, invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio au micro de Véronique Jacquier

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

dominique.camp…
- Jeudi 11 janvier 2018 à 07:07
c'est une honte pour la FRANCE de voir de tels campements sauvages au périphérie des villes......QUAND VA-T-ON ARRÊTER CETTE EMIGRATION ?....CE PAYS n'a plus les moyens d'accueillir des migrants...
Michel Ange
- Samedi 13 janvier 2018 à 15:13
Le seul coupable comme d'habitude est la France. Nous sommes un pays au bord de la faillite, comment voulez-vous accueillir ces personnes sans rien leur offrir, si ce n'est la misère en vivant dans les rues. Mais oh fait les pays arabos musulmans que font-ils pour leurs frères, qui dans la grande majorité sont musulmans ? Rien de rien. Ces
pays regorgent d'argent pourtant, de plus ils manquent de main d'oeuvre. Un peu de décence à toutes ces associations, qui crient haut et fort de les recevoir.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio