Législatives 2022 : "La NUPES n'a pas de réserve de voix"

Au-delà d'une très forte abstention, que faut-il retenir des résultats du premier tour des élections législatives ?

Nupes législatives
Jean-Luc Mélenchon ne sera pas Premier Ministre au soir du second tour. (OLIVIER CHASSIGNOLE - AFP/Archives)

Au lendemain du premier tour des élections législatives, avec une abstention record, faut-il parler de l'installation d'une tripartition de la vie politique, entre NUPES, Ensemble et RN ?

Législatives : "Un glissement électoral à droite du pays"

"Le fait marquant est que pour la première fois, un Président n’a pas, au premier tour, d’évidence une véritable avance, estime Stéphane Rozès, président de la société CAP et enseignant à Sciences Po Paris. C’était sa stratégie de mettre ces législatives sous l’éteignoir. Il pensait mécaniquement profiter du fait que les votants étaient plus âgés et légitimistes."

"Il a laissé un espace à Mélenchon qui a eu la bonne idée d’organiser une plateforme électorale en regroupant des forces de gauche qui n’ont pas vraiment progressé en cinq ans. Mais cela permet à la NUPES d’apparaître comme le premier opposant dans ce deuxième tour, estime-t-il. Et ce alors que l’analyse de ces évolutions montre un glissement électoral à droite du pays qui se confirme."

 

Législatives : "Jean-Luc Mélenchon ne sera pas le futur Premier Ministre"

Ces résultats sont aussi l’illustration d’une France à plusieurs vitesses, avec 52% d’abstention. "C’est quand même beaucoup, confirme Stéphane Rozès, président de la société CAP et enseignant à Sciences Po Paris. Cela s’inscrit dans une tendance de moyen et long termes. Les Français pensent que le personnel politique tel qu'il existe ne pèse plus réellement sur le cours des choses. Les classes populaires et les jeunes s’abstiennent plus aux législatives qu’à l'élection présidentielle. Elle met en avant l’incarnation des candidats, une symbolique plus efficace que des députés devenus largement inconnus sur le terrain."

Emmanuel Macron peut-il avoir une majorité absolue ? "C’est une bonne question. La NUPES a fait une belle opération de premier tour. Dans plus de la moitié des circonscriptions, ce sera bien elle face à la majorité présidentielle, mais elle n’a pas de réserve. Cela va beaucoup dépendre du comportement des électeurs LR. Ils risquent, sans doute par inquiétude, de soutenir la majorité présidentielle. Évidemment, Jean-Luc Mélenchon ne sera pas le futur Premier Ministre. Mais il a fait suffisamment pour permettre à la gauche d'avoir un nombre de députés beaucoup plus important même si, en voix, elle reste stable."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"