Législatives 2022 : "La percée du Rassemblement National est l’événement marquant"

Quelles leçons retenir des résultats absolument inédits sous la Ve République de ces élections législatives ?

législatives
La leader du RN Marine Le Pen embrasse une militante à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, le 19 juin 2022. (DENIS CHARLET - AFP)

La coalition d’Emmanuel Macron perd sa majorité à l’Assemblée Nationale. L’extrême-droite fait une percée historique.

Législatives : une perspective pour la gauche

Quelles conséquences à cette absence de majorité absolue ? "Depuis 2017, on avait l’impression qu’Emmanuel Macron et sa majorité étaient presque invincibles, estime Bruno Cautrès, politologue, chercheur au CNRS et au Cevipof à Science Po. Malgré le fait que, sous son premier mandat, toutes les élections avaient été perdues par LREM : européennes, municipales, régionales et départementales. On voit là quelque chose de totalement différent. Il s’agissait de donner une majorité législative. Pour le moment, on voit difficilement comment Emmanuel Macron va pouvoir développer son programme. La majorité ne cesse depuis hier de vanter le cas par cas avec les oppositions."

Jean-Luc Mélenchon a-t-il réussi son pari ? "Oui, même si on voit qu’on est un peu loin de l’objectif : être majoritaire, faire une percée importante. Cela ne va pas jusqu’à Matignon, mais il a montré à l’électorat de gauche qu’il a une perspective. Ils ont peut-être vécu un événement fondateur ayant marqué quelque chose, que sur les questions programmatiques, ils arrivent à s'entendre."

 

"Presque déjà dans une situation de cohabitation"

Entre percée du RN et résistance de LR, la France est-elle plus à droite ? "C’est sans doute l’événement le plus important hier soir, cette percée du RN qui multiplie par dix son nombre de députés, juge Bruno Cautrès, politologue, chercheur au CNRS et Cevipof à Science Po. Aucune autre formation politique n’est parvenue à réaliser cela. Ils partaient de très loin, ils étaient à moins de dix députés." À cela s'ajoute "la relative résistance de LR, fait qu’il y a un ensemble de députés de droite assez conséquent à l’Assemblée Nationale. La percée du RN est l’événement marquant."

Peut-on parler de tripartisme à l’Assemblée désormais ? Emmanuel Macron va-t-il en quelque sorte devoir mettre en place une forme de cohabitation ? "De fait, il est presque déjà dans une situation de cohabitation, ne serait-ce qu’à l’intérieur de la majorité présidentielle. En 2017, vous aviez 308 députés En Marche ! Là, nous sommes à 245 une fois pris en compte le Modem et le parti Horizons d’Édouard Philippe. Il va falloir qu’Emmanuel Macron compte avec eux. L’incertitude sur la mise en place de son programme devient extrêmement forte."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"