single.php

François Hollande : "Je vous promets que la France restera elle-même"

Par Jérémy Jeantet

Le président de la République a rendu hommage, ce vendredi matin, dans la cour des Invalides, aux victimes et aux blessés des attentats du 13 novembre dernier.

Thumbnail

"Vendredi 13 novembre, ce jour que nous n'oublierons jamais. La France a été frappée lâchement dans un acte de guerre organisé de loin et froidement exécuté. Au nom d'une cause folle et d'un Dieu trahi."Vendredi matin, le président de la République a rendu hommage aux 130 victimes des attentats du 13 novembre dernier : "130 noms, 130 vies arrachées, 130 destins fauchés, 130 rires que l'on n'entendra plus, 130 voix qui à jamais se sont tues. Ces femmes, ces hommes incarnaient le bonheur de vivre. C'est parce qu'ils étaient la vie qu'ils ont été tués, parce qu'ils étaient la France qu'ils ont été abattus, parce qu'ils étaient la liberté qu'ils ont été massacrés.""Après avoir enterré les morts, il nous reviendra de réparer les vivants, a assuré le président de la République. Je vous promets solennellement que la France mettre tout en œuvre pour détruire l'armée des fanatiques, qu'elle agira sans répit pour protéger ses enfants. Je vous promets aussi que la France restera elle-même, telle que les disparus l'ont aimé et auraient voulu qu'elle demeure."

"Nous connaissons l'ennemi, c'est la haine"

"Que veulent les terroristes ? Nous diviser ? Ils échoueront. Ils ont le culte de la mort et nous avons l'amour de la vie (...) Nous connaissons l'ennemi, c'est la haine. L'ennemi, c'est le fanatisme qui veut soumettre l'homme à un ordre inhumain. C'est l'obscurantisme, un islam dévoyé qui renie le message de son livre sacré. Cet ennemi, nous le vaincrons ensemble avec nos forces, celles de la République, nos armes, celles de la Démocratie, avec nos institutions.""Nous ne changerons pas, a promis François Hollande. Je salue ici ces innombrables gestes de tant de Français anonymes pour allumer une bougie, déposer un bouquet, laisser un message, apporter un dessin. Si on cherche un mot pour qualifier cet élan, il existe, c'est la Fraternité, dans la devise de la République. Notre devoir est plus que jamais de faire vivre ces valeurs. Nous ne céderons ni à la peur ni à la haine. Si la colère nous saisit, nous la mettrons au service de la calme détermination à défendre la liberté au jour le jour, la volonté de faire de la France un grand pays, fier de son histoire, de sa culture, de son rayonnement, du respect et de la ferveur que notre pays inspire au monde chaque fois qu'il est blessé. Je n'oublie pas les images venues de la planète entière célébrant dans le même mouvement le sacrifice de ceux tombés à Paris comme si le monde entier se couvrait de deuil."

"Une initiation terrible à la dureté du monde et une invitation à l'affronter"

"Avant elle, d'autres générations ont connu des événements tragiques qui ont forgé son identité. L'attaque du 13 novembre restera dans la mémoire de la jeunesse d'aujourd'hui comme une initiation terrible à la dureté du monde mais aussi comme une invitation à l'affronter. Je sais que cette génération tiendra solidement le flambeau que nous lui transmettons. Je suis sûr qu'elle aura le courage de prendre pleinement en main l'avenir de notre Nation.Les malheurs investissent cette jeunesse de cette grande et noble tâche. Je salue cette génération nouvelle. Elle a été frappée, elle n'est pas effrayée. Elle est lucide et entreprenante, à l'image des innocents dont nous portons le deuil. Elle saura faire preuve de grandeur. Elle vivra pleinement au nom de morts que nous pleurons aujourd'hui. Malgré les larmes, cette génération est aujourd'hui devenue le visage de la France.Vive la République et Vive la France."

L'info en continu
03H
00H
23H
22H
21H
20H
19H
17H
15H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/