"Il y a un faux procès contre Fabien Roussel"

Les propos du leader du Parti Communiste, Fabien Roussel, ont-ils dépassé sa pensée, quand il a apposé la gauche du travail à celle des allocations ?

Fabien Roussel
Les propos de Fabien Roussel suscitent la polémique à gauche. (JOEL SAGET / AFP)

Les propos de Fabien Roussel sur la gauche lors de la Fête de l'Huma ont suscité une polémique. Il a en effet dit "défendre la gauche du travail face à celle des allocs".

"Faire que le travail paie"

Les réactions ont été rudes, notamment du côté de LFI. Ses propos sont-ils allés trop loin ou est-ce un langage de vérité ? "C’est un langage de vérité, estime Léon Deffontaine, secrétaire général des Jeunes Communistes. Les réactions des responsables de La France Insoumise réécrivent l’histoire. Quand Fabien Roussel dit cela, notre objectif politique est d’éradiquer le chômage et que personne ne doive vivre des minimaux sociaux, du RSA."

"C’est notre horizon politique. Nous avons toujours été vent debout contre les attaques du gouvernement contre les aides sociales, filets de sécurité. Notre horizon politique a toujours été que le travail paie, et que tout le monde puisse avoir un travail digne et utile pour la société."

 

Fabien Roussel trop populaire ?

"Maintenant, je pense qu’il y a un faux procès contre Fabien Roussel. Peut-être que LFI lui reproche d’augmenter sa cote de popularité", interroge Léon Deffontaine, secrétaire général des Jeunes Communistes. Pour autant certains ne peuvent-ils pas vivre de cela au lieu de vivre du travail ? "C’est déconnecté de la réalité des Français. On a une gauche aujourd’hui qui se contente du minimum, qui ne veut plus s’attaquer au chômage."

"C’est sûr qu’il faut retrouver cette gauche capable de défendre la valeur travail. C’est une thématique trop longtemps laissée à la droite. Aujourd’hui, c’est important d’avoir une gauche authentique et populaire, qui défende avant tout les salaires, plutôt que de se battre uniquement pour défendre des allocations. Elles doivent certes être défendues mais ne constituent pas un projet politique."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"