"Élisabeth Borne est la femme de la situation" affirme Prisca Thevenot

Prisca Thevenot, députée des Hauts-de-Seine et porte-parole de Renaissance, était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Élisabeth Borne
Prisca Thevenot, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 27 juin, dans "le petit déjeuner politique".

Confirmation d'Élisabeth Borne, grande semaine de consultations, quel gouvernement, quelle ouverture, nouvelle Assemblée, priorités à venir : Prisca Thevenot a répondu aux questions de Patrick Roger.

Prisca Thevenot : "Élisabeth Borne est la femme de la situation"

Élisabeth Borne, confortée par Emmanuel Macron, est chargée de former un nouveau gouvernement d'action, pouvant aller de LR au PCF, mais sans le RN ou LFI. Certains dans la majorité auraient fait pression pour un changement dans la majorité. "Élisabeth Borne est une femme d'expérience, compétente et engagée, estime Prisca Thevenot. Dans le moment politique où nous devons nous réinventer, de société où nous avons de grands défis à relever, Élisabeth Borne est la femme de la situation. Nous avons besoin de stabilité dans ce moment politique extrêmement mouvant".

"Nous parlons d'une seule voix mais en notre sein, nous avons des débats", souligne la députée. Pour Prisca Thevenot, "les voix qu'il faut surtout entendre et remettre au cœur du débat sont celles des Français qui ont permis d'avoir une Assemblée nationale à l'image de la pluralité politique de la France". Elle "insiste sur les voix des Français plus que sur celles de quelques politiques". "Nous sommes dans une démarche de co-construction, de dialogue, de débat qui peut être ferme, intense, dur. Mais si c'est pour aboutir sur des solutions durables et efficaces pour les Français, tant mieux ! C'est ce que nous ont demandé les Français", affirme-t-elle.

 

"Jean-Luc Mélenchon nous laisse croire qu'il est l'alpha et l'omega de la politique française, c'est faux !"

"Le message adressé par les Français est très clair. Le président de la République l'a entendu, l'a compris, l'a intégré, assure Prisca Thevenot. Maintenant nous attendons la démarche des oppositions. Sont-ils d'accord pour s'inscrire dans cette volonté d'être une opposition de débat, de dialogue, de construction ? Certains, de plus en plus nombreux, le sont !" La députée prend pour exemple Fabien Roussel. Il est, selon elle, "un homme politique responsable, qui ne déviera pas de ses convictions dont la première est de faire pour les Français. Il y a aussi Jean Rottner des LR qui le dit. Écoutons les voix dans ce sens. Il ne s'agit pas d'être en opposition avec sa propre famille politique mais d'être en construction pour les Français".

Certaines personnalités de la NUPES pourraient-elles travailler avec le gouvernement ? "Ils doivent apprendre à travailler avec les Français pour les Français", explique Prisca Thevenot. Elle précise que "Jean-Luc Mélenchon, depuis quelques mois, nous laisse croire qu'il est l'alpha et l'omega de la politique française. C'est complètement faux, ce sont les urnes qui le disent ! Il est arrivé 3e au second tour de la présidentielle. Ensuite, il a dit qu'il aurait une majorité lui permettant d'être élu Premier ministre. Les urnes l'ont démenti encore une fois. Il n'est pas non plus le leader de cette nouvelle gauche réunie. Il ne faut pas tourner tout notre débat autour de Jean-Luc Mélenchon mais autour des Français".

Gouvernement : "Plutôt qu'essayer de faire un casting à la télé-réalité, l'enjeu est de faire une équipe"

Robert Ménard, qui s'est dit prêt si besoin pour la France, ferait-il un bon ministre ? "Je ne suis pas du tout en lien avec Robert Ménard sur plein de sujets !, affirme Prisca Thevenot. Quelles sont les lignes de Robert Ménard sur l'immigration ? Sur le poids de l'Europe dans notre démarche nationale ? Sur la laïcité ? Il a peut-être des ambitions légitimes mais la seule qui vaille aujourd'hui n'est pas une ambition personnelle mais collective. Les distributions de postes m'intéressent très peu. Nous avons une Première ministre qui est au travail, engagée, avec un premier projet de loi qui va arriver très vite sur les bancs de l'Assemblée".

Sur la composition du nouveau gouvernement, Prisca Thevenot confirme que les ministres battus ne pourront plus être au gouvernement. "Cette promesse sera tenue. Plutôt qu'essayer de faire un casting à la télé-réalité, l'enjeu est de faire une équipe. Une équipe unie et soudée, capable de travailler ensemble. Nous avons vécu des crises impressionnantes. Ce qui nous a fait tenir en tant que pays souverain, c'est que l'équipe gouvernementale était capable de travailler ensemble même si les personnalités pouvaient être différentes".

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"