single.php

Crise diplomatique Paris-Rome en vue après les propos de Gérald Darmanin

Le torchon brûle ente Paris et Rome après les propos de Gérald Darmanin sur Georgia Meloni en la qualifiant "d'incapable", l'Italie a réagi dans ce nouvel épisode de tensions transalpines sur la question migratoire

Crédits photo : © Alessandra Tarantino / AP

Le torchon brûle ente Paris et Rome après les propos de Gérald Darmanin sur Georgia Meloni en la qualifiant "d'incapable", l'Italie a réagi dans ce nouvel épisode de tensions transalpines sur la question migratoire

Nouvelle crise entre Paris et Rome sur le dossier brûlant de l'immigration : le chef de la diplomatie italienne Antonio Tajani a annulé jeudi sa première visite à Paris après des propos qualifiés "d'inacceptables" du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin contre la Première ministre Giorgia Meloni.

Celle-ci "est incapable de régler les problèmes migratoires sur lesquels elle a été élue", a affirmé Gérald Darmanin sur RMC alors que la péninsule assiste à des arrivées records de migrants sur ses côtes depuis janvier. Le ministre de l'Intérieur répondait à une question sur des propos du président du parti d'extrême droite Rassemblement national (RN) Jordan Bardella au sujet de la situation migratoire à la frontière franco-italienne, où les forces de l'ordre françaises repoussent des migrants vers l'Italie.

"Oui, il y a un afflux de personnes migrantes et notamment de mineurs" dans le sud de la France, a reconnu M. Darmanin, qui en a rejeté la faute sur Rome : "La vérité, c'est qu'il y a en Tunisie (...) une situation politique qui fait que beaucoup d'enfants notamment remontent par l'Italie et que l'Italie est incapable (...) de gérer cette pression migratoire".

"Une grave crise migratoire"

"Meloni, c'est comme Mme Le Pen, elle se fait élire sur vous allez voir ce que vous allez voir et puis ce qu'on voit c'est que ça (l'immigration) ne s'arrête pas et que ça s'amplifie", a poursuivi le ministre français. Selon lui, la Première ministre est confrontée à "une très grave crise migratoire".

La réaction de Rome face à cette attaque en règle ne s'est pas faite attendre : le chef de la diplomatie italienne, qui était attendu jeudi soir à Paris pour une rencontre avec son homologue Catherine Colonna, a aussitôt annulé sa venue. "Les offenses contre le gouvernement et l'Italie lancées par M. Darmanin sont inacceptables", a-t-il dénoncé sur Twitter. "Ce n'est pas l'esprit avec lequel on doit affronter les défis européens communs". Le chef de la Ligue anti-migrants Matteo Salvini, vice-Premier ministre de Mme Meloni, s'est lui aussi insurgé : "Je n'accepte pas de leçons sur l'immigration de la part de ceux qui renvoient en Italie des femmes, des enfants et des hommes", a-t-il affirmé.

Il a aussi reproché à la France de "continuer à héberger des assassins et terroristes qui devraient retourner en Italie", en allusion au rejet en mars des demandes d'extradition de dix anciens militants italiens d'extrême gauche installés en France depuis des décennies et réclamés par Rome pour des faits qualifiés de terrorisme lors des "années de plomb".

Nouvel épisode après l'Océan Viking

Face à l'escalade, Paris a tenté de calmer le jeu. "J'ai parlé à mon collègue @Antonio_Tajani au téléphone", a tweeté, en italien, Catherine Colonna. "Je lui ai dit que la relation entre l'Italie et la France est basée sur le respect mutuel, entre nos deux pays et entre leurs dirigeants", a-t-elle ajouté, soulignant qu'elle espérait "pouvoir l'accueillir prochainement à Paris".

L'immigration est depuis des années un sujet ultra-sensible dans les relations franco-italiennes. En novembre, les deux pays avaient connu une forte poussée de fièvre lorsque le gouvernement Meloni, à peine au pouvoir, avait refusé de laisser accoster, l'Océan Viking, un navire humanitaire de l'ONG SOS Méditerranée qui avait fini par être accueilli par la France à Toulon  avec plus de 200 migrants à bord.

L'épisode avait suscité la colère de Paris qui avait convoqué une réunion européenne pour que ce scénario inédit ne se reproduise pas. Depuis, les traversées clandestines par bateaux s'accentuent avec l'essor d'un nouveau couloir maritime entre la Tunisie et l'Italie, en première ligne aux portes de l'Europe. Selon le ministère italien de l'Intérieur, plus de 42.000 personnes sont arrivées par la Méditerranée en Italie cette année contre environ 11.000 sur la même période en 2022.

Dans ce contexte, la Première ministre française Elisabeth Borne a annoncé fin avril la mobilisation de 150 policiers et gendarmes "supplémentaires" pour faire "face à une pression migratoire accrue à la frontière italienne" ainsi que la création d'une "border force", une force aux frontières. "En Australie, ça marche très bien", a défendu jeudi Gérald Darmanin : "A la frontière, on interpelle les personnes et on leur fait passer des contrôles d'identité". Selon l'Organisation internationale pour les migrations des Nations unies (OIM), le premier trimestre de 2023 a été le plus meurtrier pour les migrants en Méditerranée depuis 2017.

L'info en continu
04H
23H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
Revenir
au direct

À Suivre
/