Alexis Corbière : "Je pense qu'Élisabeth Borne est totalement discréditée"

"Je ne vois pas Élisabeth Borne se présenter devant l’Assemblée nationale, faire un discours de politique générale et obtenir un vote de confiance", a déclaré Alexis Corbière sur Sud Radio.

Alexis Corbière
Alexis Corbière, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 20 juin 2022, dans "Le petit déjeuner politique".

Député de la France Insoumise (Seine-Saint-Denis) et porte-parole de Jean-Luc Mélenchon (élu à 62,94% au premier tour), Alexis Corbière était l'invité du "Petit déjeuner politique" sur Sud Radio.

 

Alexis Corbière : "Un président élu se retrouve avec ses partisans minoritaires à l’Assemblée nationale"

Le fameux front républicain, n’a-t-il pas fonctionné ? "J’avoue la surprise de voir des députés aussi importants entrer à l’Assemblée nationale. Et dans 61 duels que nous avons compté des Nupes et des Rassemblement National, 57 fois le candidat En Marche n’appelait pas à prendre position. Donc, manifestement, alors qu’Emmanuel Macron avait au second tour Marine Le Pen, fait des œillades vis-à-vis de notre électorat. Quand nous disions pas une voix pour le FN, eux, ils ne se sont pas gênés de nous diaboliser, de dire qu’on ne valait pas mieux que le Rassemblement National en renvoyant dos à dos les thèmes chers à Marine Le Pen et les valeurs que nous défendons. Je considère que ce ne sont pas les mêmes.

 


L’événement politique, c’est surtout que pour la première fois de l’histoire de la Ve République, un président élu se retrouve avec ses partisans minoritaires à l’Assemblée nationale. C’est une défaite cinglante. Il faudrait qu’Emmanuel Macron bâtisse une alliance avec la droite, ce qui est loin d’être fait, selon ce que j’ai entendu ces derniers jours. L’affaire est donc compliquée. La première force d’opposition, c’est la Nupes", a déclaré Alexis Corbière.

"Nous serons nombreux à proposer des textes qui améliorent la vie des gens"

La France Insoumise, envisage-t-elle de faire alliance avec En Marche ? "Évidemment non. La macronie s’est fait connaître sur quoi dernièrement ? La retraite à 65 ans. Je suis radicalement, viscéralement opposé à ça. Je me déshonorerais si je participais à une coalition gouvernementale dont le but est de mettre cela en place, et j’espère que les électeurs me chasseraient immédiatement.
Le macronisme, aujourd’hui, c’est quoi, si ce n’est baisser les allocations chômage, affaiblir les services publics, bloquer les prix de première nécessité... Nous, nous serons nombreux à proposer des textes qui améliorent la vie des gens, qui organisent une autre répartition des richesses qui permette enfin que les milieux populaires et les catégories moyennes ne soient pas matraquées comme elles le sont", a répondu Alexis Corbière.

 


Alexis Corbière estime très important de récupérer la présidence de la Commission des finances à l’Assemblée nationale. "Quand on est la majorité, on confie au premier groupe d’opposition la Commission des finances. Dans les 48 heures, il va falloir discuter avec toutes les composantes de la Nupes pour voir comment on fait, afin d’éviter que le Rassemblement nationale ne récupère la présidence de la Commission des finances. Il va falloir trouver une solution entre nous, c’est démocratique."

"Je ne vois pas Élisabeth Borne obtenir un vote de confiance majoritaire"

Élisabeth Borne, peut-elle rester Première ministre ? Pour Alexis Corbière, c’est un "non" catégorique. "Je pense qu’Élisabeth Borne est totalement discréditée, elle a été envoyée aux cartons dans les pires conditions. Elle n’a pas été la chef de guerre de cette bataille. Sur les affiches, son nom n’a jamais été revendiqué. Elle n’a pas imprimé dans cette campagne. Je ne la vois pas se présenter devant l’Assemblée nationale, faire un discours de politique générale et obtenir un vote de confiance."

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"