Adrien Quatennens sur le cannabis : "le tout répressif ne fonctionne pas, il faut changer de politique"

Adrien Quatennens, député du Nord et coordinateur de La France Insoumise, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 6 mai 2021 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Adrien Quatennens interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 6 mai 2021 à 7h40.

Adrien Quatennens : "La colère face aux trafics et à la violence qu’ils génèrent"

Mercredi 6 mai dans la soirée, un policier a été tué par balles lors d’une opération anti-drogue à Avignon (Vaucluse). Alors que la classe politique lui rend hommage, Jean-Luc Mélenchon a fait figure d’absent. Adrien Quatennens, député du Nord, souligne que LFI a "réagi" dans la soirée. "D’abord, c’est l’expression de notre émotion et de nos condoléances, pour la famille de ce policier, ses deux enfants, sa compagne, et évidemment pour ses collègues de la police endeuillés une nouvelle fois."

"Derrière cette émotion, c’est la colère que nous avons, face notamment aux trafics et à la violence qu’ils génèrent", explique le député qui appelle à un changement de méthode. Adrien Quatennens explique avoir entendu, mais non confirmé, que "le point de deal était un point de deal de cannabis". Or, "on est le pays en Europe qui avons la politique la plus répressive depuis des années, et avec un échec total". Pour le député, qui rebondit ainsi sur le rapport parlementaire sur la légalisation du cannabis rendu le 5 mai pointant l’échec de cette politique, "le tout répressif ne fonctionne pas, il faut changer de politique".

 

Des effectifs "dilapidés depuis l’ère de Sarkozy"

"Je veux le dire à Gérald Darmanin : ouvrir le débat sur la légalisation du cannabis, ce n’est pas, d’aucune façon, un angélisme ou être proactif pour la fumette", précise le député du Nord qui souligne qu’une telle légalisation est une question de santé publique mais aussi "de tarir le trafic". L’efficacité du temps passé par les policiers sur le terrain, de l’aveu de "beaucoup de policiers eux-mêmes", est moindre.

Il y a également "la question des moyens de la police", des effectifs "dilapidés depuis l’ère de Sarkozy". Des propos qui semblent trancher avec la ligne de LFI, ce que réfute Adrien Quatennens : "dénoncer les violences policières quand elles existent ne fait pas de nous des anti-flics", précise le parlementaire. Le coordinateur de la France insoumise rappelle, notamment, que le parti a "toute une doctrine" sur la sécurité visant à améliorer le cadre de travail à recruter ou encore le retour de la police de proximité.

 

 

La France insoumise n’a "aucune autre prétention que de gouverner ce pays"

L'ancien Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a déclaré que "Jean-Luc Mélenchon doit être combattu", dans un entretien accordé au magazine L’Express. Une phrase qu’Adrien Quatennens estime issue de "la vieille gauche poussiéreuse qui ressort de son placard pour taper sur Jean-Luc Mélenchon. "De mon point de vue ça vaut le meilleur des sondages", réagit-il.

Dans cette interview, Bernard Cazeneuve oppose "la gauche d’action, sous-entendu de gouvernement, à la gauche de contestation". Or, LFI n’a "aucune autre prétention que de gouverner ce pays", précise le député, avec une politique "à la fois de gouvernement et de rupture". La gauche que représente Bernard Cazeneuve serait une "gauche d’accompagnement, qui s’accommode de l’économie de marché, du capitalisme, et qui essaye à la marge de changer de place la vaisselle dans les placards". Alors que LFI semble parfois s’inspirer de Joe Biden, Adrien Quatennens déclare : "je crois que c’est plutôt Joe Biden qui s’inspire de nous, en réalité".

"Ca n’est pas la crise pour tout le monde"

Dans le cadre des discussions des niches parlementaires à l’Assemblée nationale, LFI présente un projet visant à instaurer une taxe pour les profiteurs de la crise. Toutefois, "comme on n’est pas en majorité dans cet hémicycle, il y a peu de chances que nos propositions de loi passent", regrette Adrien Quatennens.

Concernant cette loi, "il s’agit de dire qu'aujourd’hui en France, on atteint 12 millions de pauvres, presque 7 millions de chômeurs, 300.000 personnes dans la rue… et en même temps on voit que ça n’est pas la crise pour tout le monde". Adrien Quatennens souligne que les "milliardaires français" ont vu leur patrimoine augmenter en dix ans de 439%. "Et en pleine crise, les milliardaires ont augmenté leur patrimoine de 55 %."

Alors que, selon le député, 100 % des entreprises du Cac40" bénéficient des aides de L’État", elles sont nombreuses à "distribuer des dividendes à leurs actionnaires", 51 milliards d’euros en 2021. LFI s’inspire "d’une loi de 1916" qui visait à taxer les profiteurs de guerre pour taxer les profiteurs de crise, explique le député. "L’idée, c’est de dire, une entreprise qui fait plus de 750 millions de chiffre d’affaires annuel", sera taxée, dès lors qu’il y a "un surplus de bénéfice" entre l’année 2020 et 2019. Ce surplus de bénéfice sera alors taxé "à hauteur de 50%".

 

"Le droit à l'emploi est un droit inscrit dans la constitution"

A l'heure actuelle, près de 800.000 emplois sont non-pourvus, "300.000", minimise Adrien Quatennens qui souligne surtout le nombre de chômeurs disponibles : "7 millions". "Même si vous demandez à tous les chômeurs de remplir une case vide, vous avez avec un manque conséquent", souligne le député qui accuse "le marché privé d'utiliser le chômage pour faire pression à la baisse sur les salaires et sur les conditions de travail".

L'élu rappelle que "le droit à l'emploi est un droit inscrit dans la constitution" et propose, pour réduire le chômage de "partager le temps de travail, travailler moins pour travailler mieux pour travailler tous". Il note également que la planification écologique proposée par son parti "va créer beaucoup d'emplois". L'autre solution pourrait passer par une garantie de l'emploi par l'Etat. "Tout chômeur volontaire, qui ne trouve pas de travail, doit se voir proposer par l'Etat un emploi qui correspond à ses qualifications et à des besoins qui ne sont pas satisfaits par le marché privé", explique-t-il, assurant que "nous ne manquons pas de travail, mais d'emplois créés". 

 

"Mélenchon a vocation à être candidat commun"

A l'approche des élections régionales, la question de l'union de la gauche continue d'agiter son camps politique. Eric Dupont-Moretti a annoncé sa candidature dans la région des Hauts-de-France, "on ne comprend pas bien ce que fait LREM", confie Adrien Quatennens. Après le soutien à Renaud Muselier dans le sud, ils ne veulent pas soutenir Xavier Bertrand dans le Nord. "Quelle est la différence entre Muselier et Bertrand, à ceci près que Bertrand est candidat à la présidentielle ?", interroge l'élu.

"Ca fait bientôt 6 ans que la région est prise en étau entre la droite de Bertrand et l'extrême droite de Le Pen", déplore le député du Nord qui soutient Karima Delli "Partout où il est possible de s'entendre sur le programme, faisons-le. En réalité, la vie des partis fait que vous avez de la géométrie variable partout", explique le coordinateur de la France insoumise.

Alors qu'au 1er mai, Jean-Luc Mélenchon a plutôt fait bande à part à Lille, pour Adrien Quatennens il pourrait avoir vocation à être un "candidat commun qui rassemble". Mais pas question de s'allier avec n'importe qui pour 2022, "on a un certain nombre de choses à faire auxquelles on n'a pas l'intention de renoncer", assure-t-il en faisant la différence entre "cette gauche d'accompagnement et cette gauche de rupture". 

 

Emmanuel Macron est "entré en campagne" 

Alors que le 19 mai et la réouverture des terrasses et commerces non-essentiels arrive, Adrien Quatennens "souhaite que ça fonctionne", mais déplore qu'Emmanuel Macron soit "entré en campagne pour les présidentielles". "Plutôt que faire de la gestion de la crise sanitaire, il est en train de faire de la politique de nouveau", regrette-t-il, qualifiant ce calendrier de déconfinement "d'hasardeux". "Je ne vois pas de véritables alternatives, je m'inquiète de savoir si cette opération ne va pas nous mener à un nouveau confinement", confie le député.

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !