Guerre en Ukraine : les Alpes-Maritimes veulent accueillir 1.000 réfugiés

Face à l'afflux de réfugiés ayant quitté l'Ukraine, le département des Alpes-Maritimes se dit prêt à accueillir un millier d'entre eux.

Un million de réfugiés ont déjà fui l’Ukraine depuis le début du conflit. Les Alpes-Maritimes proposent de rapatrier et d'accueillir mille réfugiés ukrainiens.

Ukraine : "Nous mettons nos avions à disposition"

"Ces rapatriements seraient organisés à partir des voyages que nous faisons depuis vingt ans déjà quand nous emmenons des collégiens au camp d’Auschwitz-Birkenau, explique Charles-Ange Ginésy, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes. Or, des réfugiés ukrainiens viennent en Pologne. L’idée d’annuler ces voyages a du sens. Nous mettons nos avions à disposition."

"Le préfet est au courant de cette initiative, détaille-t-il. À partir de là, ceux pouvant être admis par l’État sur le territoire national pourront être récupérés. Sur le terrain, des maires se sont manifestés spontanément pour mettre des logements à disposition pour accueillir ces réfugiés. Afin de les mettre dans un moment de confort le temps que la guerre se termine."

 

"Passés d’une vie normale à une vie dans une cave"

La moitié des réfugiés ukrainiens se sont dirigés vers la Pologne. Comment les accueillir ? "Nous nous sommes organisés avec l’ambassade de France en Pologne afin d’identifier ceux qui peuvent venir chez nous, précise Charles-Ange Ginésy. Nous les accueillerons avec une équipe qui les accompagnera." Par ailleurs, "des professionnels, des entreprises nous disent qu’elles peuvent aussi leur proposer une occupation."

Faut-il leur apporter une aide alimentaire, un soutien psychologique ? "Il y a des réflexions, avec les services sociaux du départements. Malheureusement, le département des Alpes-Maritimes a eu une expérience il y a peu de temps pour apporter cette solidarité aux habitants. Ce sont des gens passés d’une vie normale à une vie dans une cave. Ces images fendent le cœur, avec ces femmes et ces enfants qui vivent dans des conditions déplorables."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Benjamin Glaise et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"