Présidentielle américaine : "c'est une élection qui va se jouer sur le terrain judiciaire."

Alexandre Mendel, journaliste et essayiste, auteur de Chez Trump aux éditions L’Artilleur, était l’invité de Patrick Roger le 4 novembre dans l’émission « C’est à la une » sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Thumbnail
Une élection plus serrée que prévue entre Joe Biden et Donald Trump.

"À ce point serré, je n’imaginais pas", reconnaît Alexandre Mendel, journaliste et essayiste, auteur de Chez Trump aux éditions L’Artilleur.

 

"Trump réédite l’exploit réalisé il y a quatre ans"

"C’est formidable. Je me classe parmi les 'cons de journalistes' qui pensaient que cela allait être plus facile que cela pour Biden, confie-t-il. Eh bien non, Trump réédite l’exploit réalisé il y a quatre ans. Je vais même vous dire pourquoi il va gagner : en Pennsylvanie, ville natale de Biden, ville ouvrière délaissée, en trois jours, je n’ai pas vu un partisan de Biden. Ici, c’est Trump. Ils veulent le milliardaire new-yorkais !"

"J’ai toujours du mal à comprendre, reconnaît l’auteur de Chez Trump aux éditions L’Artilleur. Il y a deux Amériques, celles des villes, incarnée par Biden, et celle de Trump, qui incarne l’immense territoire rural suburbain. La Pennsylvanie devrait être remportée par Trump. Si Trump la remporte, on peut avoir un match à égalité parfaite de nombre de grands électeurs, 269 contre 269."

 

"Le point commun, entre Bush et Trump, est qu’ils ont la Cour suprême pour eux"

"Il y avait aussi les élections au Congrès. La Chambre des Représentants reste démocrate, mais Donald Trump est dans une situation extrêmement favorable. Je passe sur les détails sur la guerre entre avocats. Les résultats, vous les aurez comme en 2000 entre Bush et Al Gore. Il avait fallu attendre décembre et un recours devant la Cour suprême. C’est une élection qui maintenant va se jouer sur le terrain judiciaire."

Pourquoi ? "Joe Biden n’a pas fait un discours de victoire, ni pour concéder sa défaite. Il a fait un discours pour dire 'il y a encore un espoir, on va gagner'. Donald Trump a fait le même discours depuis la Maison Blanche. Cela me rappelle ce qui s’est passé il y a 20 ans entre Bush et Gore. Le point commun, entre Bush et Trump, est qu’ils ont la Cour suprême pour eux."

Retrouvez « C’est  à la une »  du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

 

Cliquez ici pour écouter « C’est  à la une »