La diplomatie, dernier recours pour arrêter Poutine ?

Face à la détermination de Vladimir Poutine d'envahir toute l'Ukraine, la voie diplomatique est-elle encore utile ?

Krementchouk
Les forces russes auraient procédé à des frappes sur un centre commercial de la ville de Krementchouk. (ODD Andersen - AFP))

Vladimir Poutine a fait part de sa volonté d’aller jusqu’au bout, d’atteindre son objectif soit par la négociation soit par la guerre.

L'objectif de Poutine : "Prendre toute l'Ukraine"

Existe-t-il encore une porte de sortie ? "Pour l’instant, je ne pense pas qu’il y ait de porte de sortie par la négociation, estime Philippe De Lara, maître de conférences en science politique, université Paris-II. La position de Poutine est très ferme, maximaliste, inacceptable pour les Ukrainiens et les Occidentaux. Il a clairement dit que son objectif est de prendre toute l’Ukraine. D‘éliminer son gouvernement, et toutes les élites refusant l’occupation russe."

"Il a même dit devant des hôtesses de l’air d’Aeroflot à côté de Moscou que si cela continuait, il annexerait purement et simplement l’Ukraine. C’est ce que veut dire la phrase "supprimer son existence étatique", rappelle l'auteur de la tribune Sommes-nous déjà en guerre avec la Russie ?, au sein du web magazine TELOS.

 

"La Chine cherche en fait à manger la Russie"

"En revanche, il y a des voies pour la diplomatie, tempère Philippe De Lara. Il est toujours utile de garder le contact avec la Russie. Mais je pense que le rôle de la diplomatie est plutôt autour de la Russie, avec les différents pays qui pourraient être impliqués dans ce conflit. Je pense à la Chine, dans le but de contraindre la Russie d’arrêter cette guerre car son coût deviendrait exorbitant."

L’axe Pékin-Moscou n’est donc pas si solide que cela ? "C’est l’un des éléments de langage des pro-Russes français : nous avons poussé Poutine dans les bras de la Chine. C’est absolument faux. La Chine cherche en fait à manger la Russie, pas à constituer un axe stratégique avec elle. Elle convoite ses ressources en matières premières, non seulement le gaz et le pétrole, mais aussi le bois, les métaux précieux. La Chine est très mécontente de cette guerre qui perturbe le marché international. Elle va impacter très fortement la croissance mondiale, et donc la prospérité de la Chine."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”