Jacques Baud : "On a instrumentalisé l’Ukraine"

Le conflit en Ukraine pose une question dont la réponse reste encore bien mystérieuse. Qui est Vladimir Poutine ? Et jusqu’où est-il capable d’aller ? Pour en parler, l’ex-membre du renseignement stratégique suisse, Jacques Baud, était l’invité de “Bercoff dans tous ses états", pour son livre "Poutine, maître du jeu ?" aux éditions Max Milo.

Jacques Baud
Jacques Baud, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Pourquoi et comment le président russe a décidé d’envahir l’Ukraine ? Quel est le but de cette manœuvre ? Vladimir Poutine croit-il qu’il est vraiment devenu le maître du jeu mondial ? Se croit-il capable de faire renaître l’URSS de ses cendres, et d’empêcher l’expansion de l’OTAN vers l’est de l’Europe ? Autant de questions qui demeurent, près d’un mois après le début de l’attaque russe en Ukraine.

"Nous avons éliminé un certain nombre de faits" pour expliquer la guerre en Ukraine

Jacques Baud est un fin connaisseur de la Russie. Ancien cadre des services du renseignement stratégique suisse, il s’appuie dans son dernier livre, Poutine, maître du jeu ? (éd. Max Milo), sur des dossiers des services de renseignement, des rapports officiels, pour passer en revue les événements de l’histoire récente de la Russie, qui ont poussé à l’invasion que l’on constate aujourd’hui, et contre laquelle tout le monde semble impuissant. Ce spécialiste de la géopolitique revient également sur les responsabilités de chacun, ayant précipité, selon lui, l’Ukraine et la Russie dans ce conflit frontal.

Jacques Baud rappelle ainsi, et l’information est tombée depuis dans l’oubli, qu’il y a quasiment un an jour pour jour, le président ukrainien publiait un décret sur la reconquête de la Crimée. "Il ne s’agit pas de distribuer des bons points ou des mauvais points. J’ai voulu me demander en quoi ce conflit était plus terrible que les conflits précédents ? J’ai constaté que notre regard sur le conflit ukrainien s’est polarisé car nous avons éliminé un certain nombre de faits dans notre information quotidienne. Ce n’est pas un calcul machiavélique, mais on ne l’a pas fait car cela n’arrangerait personne de dire tout cela" explique Jacques Baud.

"Les Occidentaux ont laissé tomber l’Ukraine"

Ce mensonge par omission pousse donc l’humanité à se retrouver devant des situations, qui deviennent de fait inexplicables, autrement que par la folie de Vladimir Poutine. "La situation est évidemment dramatique puisqu’aujourd’hui c’est la population ukrainienne qui souffre de cette affaire. Elle en souffre autant de l’action russe que parce que les Occidentaux ont laissé tomber l’Ukraine depuis très longtemps en réalité. On a instrumentalisé l’Ukraine" ajoute ce spécialiste de la Russie.

Pour expliquer l’origine de ce conflit, Jacques Baud a voulu en revenir aux faits. L’intégration de l’Ukraine dans l’OTAN n’est par exemple pour lui qu’une cause sous-jacente. "Ce n’est pas ça qui a provoqué l’invasion. Elle a été déclenchée après que les populations du Donbass ont été pris sous un feu d’artillerie intense de la part de l’Ukraine. Depuis le 16 février. On savait que depuis mars 2021, l’Ukraine prévoyait de reprendre la Crimée. Toutes les forces ukrainiennes ont été déplacées vers la frontière sud du pays. C’est pour cela que ce qui reste de l’armée ukrainienne aujourd’hui est complètement encerclé aux frontières du Donbass" précise-t-il sur Sud Radio.

Ce qui a pu mettre le feu aux poudres

Fin connaisseur des services de renseignement, Jacques Baud explique que les Russes n’avaient aucunement l’intention d’envahir l’Ukraine avant le mois de février dernier. C’est donc là que le tournant de la stratégie russe se situerait. "L’état-major général russe était prêt. Cela fait partie de leur méthode de travail. Ils avaient préparé un grand nombre de choses, mais pas tout" explique celui qui affirme que les frappes ukrainiennes du 16 février dernier sur le Donbass auraient poussé les Russes à mettre leur plan en action, craignant peut-être une invasion ukrainienne de cette région.

Rappelant encore un point que tout le monde omet aujourd’hui, Jacques Baud explique qu’à la chute du mur en 1989, au moment de la réunification de l’Allemagne, la Russie avait obtenu des États-Unis, en échange de ladite réunification, que l’OTAN ne se rapproche pas des frontières russes. "Il n’y a pas eu d’accord écrit. C’est un deal, qui est relaté dans un certain nombre de documents, qui n’a finalement pas été respecté" conclut-il. Encore un point qui aurait pu mettre le feu aux poudres, et que l’on paye aujourd’hui.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.