Guerre en Ukraine : pourquoi Zelenski va parler devant le Parlement français

Le 23 mars, à 15 heures, le président ukrainien va s’exprimer en visioconférence devant le Sénat et l’Assemblée Nationale.

Qu’est-ce que cette intervention du président ukrainien devant l'Assemblée Nationale et le Sénat peut apporter, à l’Ukraine comme à la France ?

Ukraine : "Accompagner les réfugiés qui viennent sur notre sol"

"Il s’adresse aux parlements de différents pays, décrypte Valéria Faure-Muntian, députée LREM de la 3e circonscription de la Loire. Le but, à travers la représentation nationale, est de s’adresser aux opinions publiques, pour donner le contexte, et formuler un certain nombre de demandes. Même si l’opinion française est on ne peut plus concernée. On l’a vu au travers des réactions de solidarités qui se sont multipliées chez nous."

Mais que peut-on faire de plus ? "Apporter notre solidarité n’est pas rien, juge la présidente du groupe d'amitié France-Ukraine de l’Assemblée Nationale. Les Ukrainiens qui se battent sur leur territoire, ont besoin de sentir qu’ils ne sont pas seuls. Ensuite, il faut accompagner les réfugiés qui viennent sur notre sol. Ce n’est pas négligeable pour un peuple qui se fait envahir."

 

 

"Le président Zelenski veut communiquer à sa manière"

"L'objectif est d’aller plus loin en termes d’accueil des réfugiés, rappelle Valéria Faure-Muntian. Le dispositif est en place, nous sommes en attente des arrivées qui sont de plus en plus nombreuses. Maintenant, je pense que le président Zelenski veut communiquer à sa manière, avec ses mots, avec la représentation nationale et la population."

Sera-t-il possible de poser des questions au président ukrainien ? "Sincèrement, je n’ai aucune idée de combien de temps cela va durer. À ma connaissance, ce n’est pas un débat. Nous serons à l’écoute de son argumentaire. Les interventions qu’il a faites auprès des autres parlements ne dépassaient pas la demi-heure."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"