Élections de mi-mandat américaines : Joe Biden sur la sellette

Les élections de mi-mandat aux États-Unis s'annoncent mal pour Joe Biden. C'est en fait le début de la campagne présidentielle de 2024.

Biden
Joe Biden en difficulté alors qu'arrivent les élections de mi-mandat américaines.

Ce sont les mid-terms, les élections de mi-mandat américaines, l’équivalent des élections législatives pour le congrès. Donald Trump ne cache pas sa volonté de revanche. Les Démocrates comme Joe Biden sont sur la sellette.

Joe Biden dans une situation difficile

D’après les sondages, les Républicains sont en bonne voie d’emporter la Chambre des représentants. Joe Biden a-t-il déçu ? "Il faut d’abord remarquer que les élections de mi-mandat sont généralement défavorables au président en place, rappelle André Kaspi, historien spécialiste des États-Unis, professeur d’histoire de l’Amérique du Nord à l’université de Paris 1, par ailleurs directeur de Centre de recherche d’histoire nord-américaine (CRHNA).  Ce n’est pas extraordinaire que Joe Biden se trouve dans une situation difficile."

"D’autre part, un certain nombre de problèmes assaillent les Américains, à commencer par l’inflation. Le prix de l’essence a considérablement augmenté. Pour un gallon, il fallait payer 5 dollars. Comparé au prix français c’est avantageux. Mais les Américains ont l’habitude de payer très peu pour l’essence qu’ils consomment beaucoup. L’inflation porte aussi sur d’autres produits, le taux se situe autour de 9%. C’est beaucoup, et beaucoup trop pour de nombreux Américains.

 

" Le début de la campagne présidentielle de 2024"

"Les Américains estiment que la responsabilité en revient au président des États-Unis, décrypte André Kaspi, historien spécialiste des États-Unis. Il a accentué le déficit budgétaire, fait des cadeaux aux uns et aux autres. Le résultat est que l’économie en souffre. Il y a aussi des sujets sociaux : l’avortement, l’immigration, des problèmes qui n’en finissent pas."

Quid de Donald Trump ? "Au fond, il fait une campagne quasiment présidentielle alors qu’il s’agit d’une élection législative ou d’élections locales. Il n’a toujours pas accepté sa défaite de 2020, considère qu’il doit prendre sa revanche en 2024. La campagne électorale précède de deux ans au moins la présidentielle proprement dite. Il estime que, dès maintenant, il doit continuer à aller en campagne, agiter la population contre ce président qu’il considère comme mal élu. En arrière-plan, c'est le début de la campagne présidentielle de 2024."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !