single.php

David Martinon : "Il n’y a pas de reconnaissance par la France du régime des Talibans"

David Martinon, ambassadeur de France en Afghanistan, était l'invité de Thierry Steiner le 29 décembre 2022 sur Sud Radio.

David Martinon
David Martinon, invité de Thierry Steiner sur Sud Radio.

Après avoir interdit les femmes d'université, les Talibans leur ont interdit de travailler dans les ONG. Une occasion de faire le point avec David Martinon sur ce qui se passe en Afghanistan.

 

David Martinon : "J’avais tenté de prévenir qu’il n’y avait rien à espérer de la part des Talibans"

Comme l’explique David Martinon, qui travaille au quai d’Orsay depuis la mise en sommeil de l’ambassade à Kaboul, la France considère désormais que la talibanisation de l’Afghanistan est totale. "Il n’y a pas de reconnaissance par la France du régime des Talibans. Je ne suis pas à Kaboul, l’ambassade est mise en sommeil. En revanche, nous avons un canal de communication ouvert avec les Talibans par l’entremise de l’un de mes collègues, qui est émissaire spécial et qui est à Doha.

Dans les mois qui ont précédé la chute de Kaboul, les Talibans ont montré qu’ils n’ont rien changé de leur discours. J’avais tenté de prévenir qu’il n’y avait rien à espérer de leur part. Depuis 16 mois, la France répète que la talibanisation est en cours. Avant elle était partielle. Et je disais qu’elle serait totale le jour où les exécutions publiques reprendraient, comme du temps du premier émirat taleb. C’est ce que nous avons vu il y a trois semaines."

"Avant l’arrivée au pouvoir des Talibans, les femmes afghanes avaient repris toute leur place"

Des ONG internationales travaillent-elles toujours en Afghanistan ? "Certaines ONG internationales sont revenues en Afghanistan, et certaines avaient en effet recruté des humanitaires français. J’ai entendu dire qu’on nous considérait comme trop rigides dans l’appréciation des critères que le Conseil de sécurité avait fixés pour rendre possible tout réengagement de l’aide au développement en Afghanistan", a répondu David Martinon.

Les Talibans ont récemment interdit aux femmes de travailler dans des ONG. Quelles places avaient les femmes dans la société afghane avant l’arrivée au pouvoir des Talibans ? "Les femmes afghanes avaient repris toute leur place. Elles avaient montré qu’elles pouvaient prendre des postes à responsabilités, des postes ministériels, elles composaient un tiers du gouvernement afghan, elles étaient dans les ONG, elles ont montré leur intelligence, leur audace, leur force de caractère. C’était l’un des progrès majeurs de la République islamique d’Afghanistan", a estimé David Martinon.

"Les Qatariens ont du mal à obtenir quoi que ce soit des Talibans"

Le sort qui est réservé aux femmes pourrait-il justifier des poursuites pour crimes contre l’humanité en vertu du droit international ? "C’est en effet un moyen juridique qu’il est important d’explorer. Il semble qu’il y a effectivement un fondement pour travailler sur cette accusation. Je pense qu’il serait très important, pour une raison de précédent, de le faire. Il faut dire que les Talibans ont un caractère assez légaliste. Ils sont très attachés à l’application du droit tel qu’ils l’interprètent, ce qui devrait faciliter les choses », a répondu David Martinon.

Le Qatar aide-t-il beaucoup dans les négociations avec les Talibans ? "Le Qatar a tout fait pour essayer d’être un intermédiaire efficace entre la communauté internationale et les Talibans. Malheureusement, les Qatariens aujourd’hui considèrent qu’ils ont eux-mêmes du mal à obtenir quoi que ce soit des Talibans."

 

 

À lire aussi :

Retrouvez "Mettez-vous d'accord" avec Thierry Steiner tous les jours à 10h30 sur Sud Radio.

L'info en continu
09H
08H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/