Dans la région de Kiev, "Des crimes de guerre avérés"

Alors que les troupes russes se retirent des environs de Kiev, les preuves de crimes de guerre s'accumulent.

Non loin de Kiev, les images de la ville de Bucha touchent le monde entier. L’ONU va déclencher une enquête, Moscou démentant ces massacres de civils. Que sait-on avec certitude ?

Civils tués à Kiev : "Pas une mise en scène"

"Dans la région, près de Kiev, repris par les forces ukrainiennes, les récits qui arrivent sont assez terribles, confie Sara Daniel, journaliste, spécialiste de l’international au magazine L’Obs. Des exactions d’une armée d’occupation qui, en se retirant, n’a pas juste fait ses bagages, mais tué des civils. Il y a en effet des fosses communes. Il faut laisser l’enquête se dérouler, mais il y aurait en effet des crimes de guerre avérés dans ces régions."

"Ce n’est pas tant une question de manipulation que de savoir ce qui s’est passé, poursuit la reporter de guerre. On a quand même vu des gens avec des liens dans le dos tués d’une balle dans la tête. Ce ne peut pas être une mise en scène ou une manipulation. Ce sont des crimes de guerre avérés." L’aide humanitaire arrive-t-elle ? "Il y a de l’aide partout, on voit une solidarité énorme. Cela fait un peu chaud au coeur dans ces situations épouvantables. Les Ukrainiens sentent qu’ils sont appuyés."

Vers "Une guerre longue et terrible" dans l'Est

Pourquoi les forces russes se sont-elles retirées ? "Parce qu’ils n’ont pas pu prendre Kiev, résume la reporter de guerre et spécialiste de l’international au magazine L’Obs. Leur premier but était de changer le gouvernement. L’armée ukrainienne a mené une guérilla intelligente et ils ont dû se retirer. Évidemment, j’ai aussi vu beaucoup de soldats russes morts."

A-t-elle croisé beaucoup de troupes ukrainiennes ? "C’est assez fantastique à voir, la détermination de cette armée. Maintenant, il va y avoir un repositionnement dans l’Est. Nous risquons d’assister à une bataille encore plus importante et meurtrière. D’autant plus qu’il auront un soutien des pro-russes du Donbass. On aura une guerre longue et terrible."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"