single.php

Pierre Gagnaire : "Aujourd’hui il y a un vrai langage autour de la nourriture"

Par Jean Baptiste Giraud

Pierre Gagnaire et Stéphanie Le Guellec, chefs cuisiniers, étaient les invités de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 13 mars 2024 dans "Le 10h - midi".

Pierre Gagnaire et Stéphanie Le Guellec
Pierre Gagnaire et Stéphanie Le Guellec, invités de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Le 13 mars 2024 à 21h10, M6 diffuse "Top Chef Saison 15", avec Stéphanie Le Quellec, Dominique Crenn, Glenn Viel, Hélène Darroze, Paul Pairet et Philippe Etchebest. Après Hugo Riboulet, gagnant de la saison 14, quel candidat remportera Top Chef saison 15 ?

 

Stéphanie Le Quellec : "On est passés de l’ombre profonde à une lumière qui est trop forte aujourd’hui"

Comme l’explique Pierre Gagnaire, il y a 30-40 ans, le métier de cuisinier n’était pas du tout vu comme étant prestigieux. "Je me souviens, j’avais 18 ans, j’étais avec deux copains dans le métro, et j’ai vu les gens s’écarter. On avait travaillé tout l’après-midi le poisson, et on sentait vraiment le poisson. J’ai aussi un autre souvenir : j’étais en apprentissage à Lyon, et chaque matin je partais avec un panier pour acheter six œufs, une sole, un poulet… Et je passais devant le Lycée Saint-Père, qui est le lycée chic de Lyon, et les gamins se moquaient de moi. On était moins que rien. Aujourd’hui, ça va un peu trop peut-être, à cause de cette émission, entre autres."

Pour Stéphanie Le Guellec, il faut arriver à trouver le juste milieu. "La cuisine a longtemps été un métier qu’on faisait quand on ne pouvait pas faire autre chose. C’est quand même un métier qui demande tellement d’implication, d’abnégation, que si on ne l’a pas chevilles au corps, on a tendance à le subir, ou en tout cas pas le vivre comme nous. On est passés de cette ombre profonde à une lumière qui est peut-être un petit peu trop forte aujourd’hui. On a un métier formidable : on fait à manger, qui est le partage, il y a aussi le prétexte social, qui est formidable. Mais de là à prendre autant de lumière…"

Pierre Gagnaire : "Le métier de chef cuisinier, c’est un lien social extraordinaire"

Pour Pierre Gagnaire, la gastronomie a connu un essor ces dernière décennies parce qu’on a appris à parler de nourriture. "Mes parents avaient un restaurant, qui marchait plutôt bien, même très bien. Mais mon père n’avait pas choisi ce métier : c’était la guerre, il était orphelin. Je me suis retrouvé dans ce métier à 5 ans, avec une toque qui me tombe sur la tête, mon sort était scellé. Et pour tout vous dire, je détestais ce métier. Mais aujourd’hui j’aime ce métier. Et ce que j’aime dans ce métier, c’est que c’est un lien social extraordinaire, tant avec les clients qu’avec l’équipe. Et contrairement à ce qu’on pensait il y a 30-40 ans, il faut un peu de tête, un peu de tronche dans ce métier. C’est grâce à Gault et Millau, mais Top Chef a évidemment pris le relais. Aujourd’hui on écrit les repas, on commente les repas, aujourd’hui il y a un vrai langage autour de la nourriture, pas juste 'c’est bon / c’est pas bon'. Et ça a tout changé."

Est-ce une bonne idée pour un chef d’avoir des restaurants dans différents pays, où il n’est jamais lui-même présent ? "J’ai du mal avec le mono-projet. Je trouve que ça stimule intellectuellement, que ça stimule émotionnellement, et je pense qu’on en revient plus fort dans son 2 étoiles, dans son 3 étoiles. Je pense que les plats sont meilleurs", a répondu Stéphanie Le Guellec.

 

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans “Sud Radio Média” avec Valérie Expert.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

L'info en continu
08H
05H
23H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/