Paul El Kharrat : "J'aimerais que la compréhension soit réciproque"

Paul El Kharrat, candidat de jeu télévisé, écrivain et chroniqueur de radio et de télévision français, était l'invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" le 2 décembre 2022 dans "Le 10h - midi".

Paul El Kharrat
Paul El Kharrat, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Né le 2 juin 1999 à Saint-Germain-en-Laye, Paul El Kharrat s'est fait connaître en 2019 en participant 153 fois à l'émission "Les Douze Coups de midi" de TF1, ce qui fait de lui l'un des plus grands champions du jeu. Depuis 2020, il participe en tant que chroniqueur aux "Grosses Têtes" sur RTL. Le 12 octobre 2022, est paru son livre "Bienvenue dans mon monde: Moi, Paul, autiste Asperger" (Éditions HarperCollins).

 

Paul El Kharrat : "On souffre beaucoup d’être déconsidéré"

"J’appréciais de suivre toutes sortes de jeux à la télévision. Quand j’étais plus petit, on regardait ça avec mon père, et jusqu’à maintenant, je regarde un peu. Mais, étant donné mes activités, ça tend à être plus rare", a confié Paul El Kharrat.

 


Paul El Kharrat est atteint du syndrome d’Asperger. Comment le vit-il ? "Au contact de cette société, le handicap devient une pathologie. On souffre beaucoup d’être déconsidéré, de ne pas être assez écouté, de rendre littéralement psychiatrique une manière de fonctionner, une constitution neurologique différente… c’est ça que j’ai en horreur."

"Je ne peux pas me permettre de critiquer une série qui fait déjà l’effort de représenter l’autisme"

"Pour faire une sorte de catharsis, j’ai été obligé de remonter le temps, de me remémoriser des choses qui sont douloureuses, complexes, difficiles. C’est le souhait que j’avais, même si ça m’a éreinté de le faire, j’avais à cœur de montrer aux gens le pendant, la face cachée de l’iceberg, montrer combien c’est difficile. J’ai beaucoup de mal à me contrôler, me freiner, c’est une résilience de chaque instant. Je dois faire beaucoup d’efforts pour, un tant soit peu, me conformer. Ce que je voudrais, c’est que la compréhension soit réciproque, qu’elle n’aille pas que dans un sens. Les personnes avec autisme font plus ou moins des efforts pour aller vers les autres, les autres doivent absolument faire des efforts pour aller aussi vers eux", a poursuivi Paul El Kharrat.

 


Quel avis Paul El Kharrat porte-t-il sur la manière dont l’autisme est représenté à la télévision ? On pense avant tout à la série "Astrid et Raphaëlle". "Je ne peux pas me permettre de critiquer une série qui fait déjà l’effort de représenter l’autisme. Tout le monde ne se reconnaîtra pas dedans. Certaines personnes vont penser que c’est caricatural. Mais déjà, l’effort est fait de représenter l’autisme. Peut-être que sur toutes les formes d’autisme, il y en a qui se reconnaîtront dans Astrid, il y en a qui se reconnaîtront dans 'HPI'. Et encore, 'HPI', ce n’est pas l’autisme. Je pense que c’est déjà un progrès de ne pas être en sous-représentation", a répondu Paul El Kharrat.


À lire aussi :

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans le 10h - midi Sud Radio avec Valérie Expert