Alice Chegaray-Breugnot : "la comédie et le polar demandent tous les deux de la place, on a dû faire les arbitrages"

Alice Chegaray-Breugnot, créatrice de la série "HPI", que vous retrouvez tous les jeudis à 21h05 sur TF1, était l'invitée de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 6 mai 2021 dans "Le 10h - midi".

Alice Chegaray-Breugnot, invitée de Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

La série "HPI" raconte l’histoire de Morgane, 38 ans, qui a 3 enfants, 2 ex, 5 crédits, 160 de QI et une bonne dose d’insoumission. Elle va voir son destin de femme de ménage chamboulé lorsque ses capacités hors normes sont repérées par la police qui lui propose un poste de consultante. Problème : Morgane déteste les flics…

Alice Chegaray-Breugnot : "j’avais envie de quelqu’un de bordélique, qui pousse les murs, qui assume tout"

"J’adore les personnages. Au départ, le personnage était plus Asperger, moins extériorisé. Et j’avais envie de ce personnage haut en couleurs, très fantasque. C’était ma vision de ce que c’est qu’être HPI. Mon père était HPI, il avait beaucoup de fantaisie. Les chiffres, les maths, cela ne l’intéressait pas. J’avais donc envie de quelqu’un de bordélique, qui pousse les murs, qui assume tout", a expliqué Alice Chegaray-Breugnot.

 

Interrogée sur les effets spéciaux ajoutés pour montrer comment Morgane réfléchit, Alice Chegaray-Breugnot a expliqué : "on voit son cerveau entouré d’images quand elle réfléchit. On a filmé ce qu’elle se projette dans sa tête avec des images d’archives et des dessins animés, en agglomérant beaucoup de choses qui viennent de partout. Au moment du tournage, elle ne voyait pas tout cela, c’était vraiment une surprise au montage, une trouvaille de Vincent Jamain, le réalisateur. Je trouve que cela apporte de la forme parce que c’est très moderne mais aussi du fond. Pour créer une bonne démonstration de Morgane, il faut montrer sa mémoire (les choses qu’elle a repérées au cours du film), de la déduction et un peu de culture générale. Sur la culture générale, on se demande ce qu’on peut trouver, et on fait des recherches".

"On voulait faire une comédie mais on était dans la case jeudi, la case polar"

"TF1 a vraiment accroché sur le personnage, ça été immédiat. Ce qui a été plus compliqué, en revanche, c’est de trouver le juste milieu entre la comédie et le polar. Cela s’est fait de façon empirique. On voulait faire une comédie mais on était dans la case jeudi, la case polar. En plus, le polar nous est vraiment nécessaire pour valoriser les dons de Morgane et le travail des enquêteurs. Sauf que la comédie et le polar demandent tous les deux de la place, on a dû faire les arbitrages sur ce qu’on met en avant", a raconté Alice Chegaray-Breugnot.

 


S’agissant du sigle "HPI", qui veut dire "haut potentiel intellectuel", Alice Chegaray-Breugnot a déclaré : "ce terme est contesté. Vous avez un haut potentiel, oui. Mais si vous n’en faites rien ? Ce n’est pas une maladie ni une pathologie, c’est vraiment un fonctionnement cérébral différent. Les surdoués, comme on les appelait autrefois, font partie des neuro-atypiques. Dans cette catégorie, il y a aussi les enfants atteints de troubles de l’attention, les dyslexiques, les hypersensibles, il y a tout le spectre autistique aussi… Cela ne se soigne pas, fort heureusement. C’est une différence. Il n’y a pas plus de neurones, par contre ils sont mieux connectés, les connexions sont plus rapides. Il y a aussi plus de connexions entre les hémisphères du cerveau et donc plus d’associations de pensée. Ces gens vont mettre en lien des choses qu’une personne 'normale' ne mettrait pas."

 


Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !