Joel Dicker : coulisses du tournage de « La vérité sur l'affaire Harry Québert »

Joel Dicker
Joel Dicker, auteur du roman « La vérité sur l'affaire Harry Québert » était l’invité de Valérie Expert sur Sud Radio. SUD RADIO

Joel Dicker, auteur du roman « La vérité sur l'affaire Harry Québert » était l’invité de Valérie Expert, Rémy Pernelet et Gilles Ganzmann sur Sud Radio mercredi 21 novembre dans "Le 10h - midi".

 

 

L’invité du jour de Valérie Expert est Joel Dicker, auteur du roman « La vérité sur l'affaire Harry Québert », qui est adapté en série télé par Jean-Jacques Annaud, diffusée à partir de mercredi 21 novembre sur TF1. Pourtant, à l'origine, le projet était d'en faire un film de cinéma... 

"C'est une aventure un peu folle parce que Bernard de Falloy, qui était en charge de gérer une possible adaptation cinématographique, a refusé quatre-vingt-douze projets, dont Spielberg, dont Dreamworks ! Il cherchait quelqu'un qui soit passionné.

On s'est dit qu'il ne valait mieux pas de film, qu'un mauvais film. Et là, on rencontre Jean-Jacques Annaud passionné, on est tout de suite sapés par sa passion. Mais on à un problème, il voulait faire une série télé. et mon éditeur n'était pas convaincu par la série télé, car il avait un peu raté le tournant de la série, lui, voulait un film. 

"Jean-Jacques Annaud était passionné"


Jean-Jacques Annaud nous a convaincu, car il nous a dit qu'un film ne rendrait jamais le roman, il fallait beaucoup plus que deux heures ! Mais lors des projections des premières images, Bernard de Falloy s'est tourné vers moi, et il m'a dit "ce n'est pas une série, c'est, un film". 

"C'est une série qui a été tournée comme un film de cinéma, par lieu, décor par décor et non, épisode par épisode. À la fin, Jean-Jacques a passé des mois et des mois à remettre toutes les images dans l'ordre." 

 

Joel Dicker s'est impliqué dans la production de la série, ce qui n'est pas le cas de tous les auteurs de roman portés à l'écran. "Ma relation avec Jean-Jacques Annaud trahit bien notre complicité, mais chacun reste à sa place. Mon rôle à moi, c'était de trouver un bon projet. Une fois que c'était Jean Jacques, et que j'étais convaincu par lui, je n'avais pas à lui dire, mets ta caméra ici, mets un peu plus de lumière là. En revanche, parfois, Jean-Jacques m'envoyait un acteur en disant "Allez voir Joël pour lui demander son avis". 

 

"Joel Dicker : j'ai retrouvé mot pour mot mon texte"

Jean-Jacques a été tout de suite très à l'aise car il a compris que je n'allais pas me mêler de tout, et on s'est très bien entendus. C'est une adaptation très fidèle, je voyais les scènes se dérouler devant moi. Tout le scénario se déroulait sur la base de la version anglaise du livre, mais si je prenais le livre, je retrouvais mot pour mot mon texte, c'est d'une fidélité absolue.

Jean-Jacques a même suivi toute l'adaptation et la traduction en français. Il m'a même dit avoir passé plus de temps à gérer l'adaptation en français qu'à tourner les dix épisodes de la série". 
 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

 

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert, Rémy Pernelet et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h30 sur Sud Radio dans "le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !



 
Les rubriques Sudradio