Jérôme de Verdière : "Je déteste l’humour moralisateur"

Jérôme de Verdière, le présentateur de l'émission "La revue de presse", était l'invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio le 26 septembre 2022 dans "Le 10h - midi".

Jérôme de Verdière
Jérôme de Verdière, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Un lundi sur deux à 21h05, Paris Première diffuse l’émission "La Revue de presse", présentée par Jérôme de Verdière, en direct du Grand Point Virgule. L’émission du 26 septembre 2022 sera suivie du documentaire "Liberté, égalité, chansonniers : Les irréductibles chansonniers résistent aux hommes et femmes politiques qui passent".

 

Jérôme de Verdière : "On est l’une des rares émissions en direct à la télévision française"

"La Revue de presse" est présentée par Jérôme de Verdière, accompagné de Jacques Mailhot, Bernard Mabille, Régis Mailhot, Philippe Chevallier, Élodie Poux, Stéphane Rose, Thierry Rocher, Karine Dubernet, Florence Brunold et Michel Guidoni… sans oublier les caricaturistes Alex et Deligne, toujours à l’affut pour dresser, en direct, les portraits pleins d’humour des invités. "L’intérêt est de regarder l’émission en direct. On est l’une des rares émissions en direct à la télévision française. Et le fait que ce soit dans un théâtre, ça apporte quelque chose à l’émission", a commenté Jérôme de Verdière.

 


Qu’est-ce qui unit cette belle équipe ? "On a des valeurs communes : on ne fait pas la morale. Je déteste l’humour moralisateur. Je n’aime pas l’humour engagé, j’aime l’humour désengagé", a répondu Jérôme de Verdière. Peut-on dire la même chose de tous les invités ? "Sandrine Rousseau va jusqu’au bout de sa logique : elle veut des camps de rééducation, elle veut distribuer les diplômes. C’est l’éternelle question : peut-on rire de tout ? Et la réponse est : on ne peut rire que de tout. Si on commence à faire des catégories, on ne s’arrête plus jamais."

"Jean Lasalle, c’est notre chouchou, il est formidable"

"Ce soir, on va recevoir Aurélien Pradié, c’est celui qui va peut-être prendre la tête des Républicains, c’est le plus jeune dans la course, il est face à Ciotti notamment. Aurélien Pradié, on l’a déjà eu. On a d’ailleurs été l’une des premières émissions à le mettre en lumière, ce qui est marrant parce qu’il a un physique de surfeur. Il surfe, il conduit une 2CV et a des bracelets brésiliens. Il est très marrant, il se prête au jeu." Et les autres invités, y-a-t-il avec qui ça s’est mal passé ? "Certains ont peur, d’autres pas du tout. On aurait adoré avoir François Hollande, Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal… mais ils ont tous refusé. Certains sont partis fâchés : Xavier Bertrand, Christian Estrosi, Jean-Vincent Placé… On parle de types qui n’ont aucun humour. Jean Lasalle, c’est notre chouchou, il est formidable. On essaie aussi de limiter, sinon il serait là à toutes les émissions."

 


La direction de Paris Première exerce-t-elle une quelconque censure ? "Parfois, on ne me croit pas quand je dis ça, mais jamais on n’a eu de réflexion, un truc, non… Je ne demande pas non plus leurs textes aux humoristes. Et on n’a jamais eu de problème, pas de plainte… " Enfin, quelle différence entre Laurent Gerra et Nicolas Canteloup ? "J’allais dire le talent, mais c’est méchant", a répondu Jérôme de Verdière.


À lire aussi :

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans le 10h - midi Sud Radio avec Valérie Expert.