single.php

Retraites : "Pas question que cette réforme se règle en quelques jours" prévient Manuel Bompard

Manuel Bompard, député LFI des Bouches-du-Rhône et coordinateur de la France Insoumise, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Manuel Bompard NUPES
Manuel Bompard, interviewé par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 3 octobre 2023, dans “L’invité politique”.

Réforme des retraites, mobilisation de la NUPES, retour ou non d'Adrien Quatennens à l'Assemblée nationale, émeutes au Brésil des pro-Bolsonaro : Manuel Bompard a répondu aux questions de Patrick Roger.

Manuel Bompard : "Il n'y a rien de gauche dans la politique d'Élisabeth Borne"

J-1 avant les annonces d'Élisabeth Borne sur la réforme retraites. L'âge de départ à la retraite serait de 64 ans, avec des mesures sur l'emploi des seniors, la pénibilité et l'allongement de la durée de cotisation à 43 ans. "J'y suis totalement opposé", confirme Manuel Bompard. Pour lui, "le sens de l'histoire n'est pas de reporter l'âge de départ à la retraite. 25% des plus pauvres en France meurent avant 62 ans, rappelle-t-il. Il n'y a aucune nécessité économique à cette réforme. Le système des retraites a été excédentaire en 2021 et 2022. Il sera peut-être en léger déficit pendant quelques années et à horizon 2040-2050, il revient en excédent".

"Notre proposition d'un âge de départ à la retraite à 60 ans n'est pas de dire qu'on est obligé. Mais qu'on peut si on en a envie après avoir travaillé toute sa vie, qu'on est usé, fatigué. Les mesures de pénibilité existent déjà, ajoute le député. Emmanuel Macron, en 2017, a supprimé des critères de pénibilité, comme le port de charges lourdes. Ce que fait ce gouvernement, c'est de toujours rendre la vie des gens plus difficile". "Élisabeth Borne vient de la gauche mais ça ne se voit pas !", estime Manuel Bompard. "Le programme qu'elle met en place n'a rien à voir avec la gauche".

 

Retraites : "Pas question que cette réforme se règle en quelques jours à l'Assemblée"

"Nous nous mobiliserons contre cette réforme, prévient Manuel Bompard. Nous serons aux côtés des syndicats". "En attendant une date de mobilisation des organisations syndicales, nous soutenons l'appel à manifester du 21 janvier des associations de jeunesse". Par ailleurs, "Il y aura des meetings communs avec l'ensemble des partis de la NUPES, qui souhaite mener une campagne commune sur les retraites".

"Pour nous, la bataille sera sur tous les terrains : dans la rue, dans les meetings mais aussi à l'Assemblée nationale", précise le coordinateur de LFI. "Nous ferons le travail d'amendements, nous passerons tout le temps qu'il faut dans ces débats. Il n'est pas question que cette réforme se règle en quelques jours à l'Assemblée nationale. Ça prendra du temps de débattre, je préviens d'ores et déjà le gouvernement et le président de la République".

 

"Quand l'extrême droite s'empare du pouvoir, elle a beaucoup de mal à accepter qu'elle peut en être chassée"

Des centaines de partisans de Bolsonaro au Brésil qui n'ont pas digéré la défaite face à Lula, ont envahi les principaux lieux de pouvoir à Brazilia. Pour Manuel Bompard, "c'est inacceptable ! Il y a eu des élections, Lula a remporté les élections présidentielles et il y a eu une volonté de revenir sur les résultats de cette élection par la force". Le député LFI compare cet événement à "ce qu'il s'est passé après la défaite de Donald Trump". Ça démontre, selon lui, que "quand l'extrême droite s'empare du pouvoir, elle a beaucoup de mal à accepter l'idée que petit à petit elle peut en être chassée et à accepter sa défaite".

Manuel Bompard exprime sa "solidarité avec le peuple brésilien qui a voté et avec Lula et son gouvernement". "Le peuple a le droit de manifester, mais il n'a pas le droit d'attaquer les lieux de pouvoir pour tenter d'inverser les résultats présidentiels, pour déstabiliser le pouvoir en place ou prendre le pouvoir par la force. LFI aspire à la révolution citoyenne, c'est-à-dire par les urnes", précise le député. "On peut manifester mais l'accès au pouvoir se fait en emportant les élections. Il faut continuer à se battre dans ce cadre démocratique. Je ne peux pas me retrouver dans l'idée qu'on puisse attaquer les lieux de pouvoir par la force".

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

L'info en continu
08H
06H
04H
03H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
Revenir
au direct

À Suivre
/