Retraites : "On est dans un rapport de force avec le gouvernement" assure Aurélien Pradié (LR)

Aurélien Pradié, député LR du Lot et secrétaire général des Republicains, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Aurélien Pradié
Aurélien Pradié, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 11 janvier, dans “L’invité politique”.

Réforme des retraites, batailles politiques, rôle des LR, mobilisations à venir : Aurélien Pradié a répondu aux questions de Patrick Roger.

Retraites : "On n'est pas en train de danser avec le gouvernement mais dans un rapport de force"

Les contours de la réforme des retraites ont été présentés par Élisabeth Borne le 10 janvier. Pour les LR, ce n'est pas l'âge du départ à la retraite qui compte mais la durée de cotisation. "Je n'ai pas changé d'avis ! assure Aurélien Pradié. Ce à quoi je tiens, c'est que les Français qui ont commencé à travailler tôt, qui ont souvent les métiers les plus difficiles, puissent partir plus tôt. La meilleure manière de le faire, c'est de traiter d'abord la durée de cotisation". Selon lui, "dans les annonces d'Élisabeth Borne il y a un problème majeur qui est une ligne rouge. Tous ceux qui ont commencé à travailler avant 21 ans, en particulier à 20 ans, seront les grands perdants de cette réforme. Ce n'est pas juste que ceux qui ont commencé à travailler le plus tôt soient ceux qui paient cette réforme".

"On pense parfois que je dis les choses seul dans mon coin mais hier, on en a parlé en réunion de groupe, affirme Aurélien Pradié. On a obtenu des choses, comme les 1.200 euros pour ceux qui vont rentrer en retraite. C'est un combat qu'Éric Ciotti a mené et que nous avons obtenu. Il faudra finir ce combat, s'assurer qu'il n'y ait pas une entourloupe. Que ceux qui sont déjà en retraite bénéficie aussi des 1.200 euros, car ce n'est pas clair". "Nous avons fixé des lignes rouges". "Les LR ne donneront pas leur accord sans conditions prévient le député. Nous les avons posées, on a un chemin. On n'est pas en train de danser avec le gouvernement mais dans un rapport de force. Nous voulons nous battre pour l'intérêt des Français".

 

"Quand on fait moins de 5% à une présidentielle, on évite de répéter toujours la même chose"

Les LR ont fait campagne pendant les présidentielles sur un départ à la retraite à 65 ans. "On est en train de remettre en ordre ce qui doit l'être explique Aurélien Pradié. Nous avons perdu 3 élections présidentielles successives et une grande baffe la dernière fois". D'après le secrétaire général des Republicains, "c'est parce que nous ne parlons plus aux Français travailleurs, humbles, que nous punissons par différentes réformes. Si la droite veut retrouver la confiance des Français, elle doit redevenir populaire. C'est-à-dire parler aux Français les plus modestes, qui se lèvent tôt pour aller bosser. Quand on fait moins de 5% à une présidentielle, on évite de répéter toujours la même chose".

Cependant, si Aurélien Pradié avait été au gouvernement, il n'aurait "pas considéré que cette réforme était prioritaire". Selon lui, "le sujet aujourd'hui est le rapport au travail. Nous avons entre 400.000 et 500.000 emplois vacants dans certains secteurs en tension. Il faut traiter de la remise travail, lutter contre les abus". Par ailleurs, sur les régimes spéciaux, "les annonces de la Première ministre ne sont pas à la hauteur, estime le député. Il faut remettre une égalité le plus immédiatement possible et être juste avec les fonctionnaires. Il faut intégrer leurs primes dans le salaire, qu'ils puissent cotiser y compris sur les primes et dès lors, le système pourra s'appliquer comme au privé".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !